La construction du complexe Synergia a aussi fait l’objet d’analyses de Gestimat. Réalisé par le Groupe Robin, l’édifice est situé à Saint-Hyacinthe.

Un outil simple à utiliser

MATANE — Gestimat est un outil Internet destiné aux intervenants de la construction. S’inscrivant dans le cadre de la charte du bois, l’objectif ultime est qu’il soit utilisé pour tous les projets de construction publics. Il a été conçu de manière à être simple à utiliser.

«Il faut créer un compte, décrit la conseillère technique de Cecobois, Caroline Frenette. Les informations restent confidentielles. Les utilisateurs qui se sont enregistrés peuvent créer des projets, comparer jusqu’à six scénarios de bâtiments différents et évaluer les émissions de gaz à effet de serre liées à la fabrication des matériaux de structures de ces bâtiments.» Jusqu’à maintenant, l’application est très utilisée par les professionnels des commissions scolaires et du service de l’expertise de la Société québécoise des infrastructures (SQI).

Le projet Origine à Québec.

L’avantage d’une plateforme Internet à comparer à un document Excel réside dans la mise à jour constante des données. «On peut aussi voir les différents projets publics qui ont utilisé le bois ou non, spécifie Mme Frenette. […] Si on est en avant-projet et qu’on n’a pas la quantité de matériaux, on peut utiliser des bâtiments types. Avec l’aide de la SQI, on a bâti une base de données où les gens peuvent entrer le nombre d’étages, la superficie et le système structural. Ils auront ensuite une approximation de la quantité de matériaux par rapport à des bâtiments types. Si on a les quantités précises, l’outil calculera les émissions de gaz à effet de serre liées à la fabrication des différents matériaux de structure.»

Gestimat a été financé au coût de 495 000 $ par le Fonds vert s’inscrivant dans le Plan d’action 2013-2020 sur les changements climatiques.