Dans la tranche d’âge des 30 à 45 ans, la planification financière devient particulièrement importante et nécessaire non seulement pour savoir quel sera le régime d’épargne le plus avantageux.

La période des choix difficiles

La période de vie après la trentaine est l’une des plus occupées de la vie adulte. Tout ce passe en même temps, la maison, les enfants, la carrière ou les changements de carrière.

Pour Angela Iermieri, c’est souvent une période de gestion des dettes et de nombreux engagements financiers. Si les gens se sont prévalus du programme d’accès à la propriété (RAP), ils doivent prévoir le remboursement dans leur budget annuel.

«Lorsqu’ils ont des enfants, les gens de ce groupe d’âge nous demandent s’il vaudrait mieux d’investir dans un Régime enregistré d’épargne études (REEE) au lieu du REER. C’est un cas à discuter avec son conseiller financier, car dans certaines situations, le REEE sera l’option la plus avantageuse. Tout dépend de l’âge des enfants, mais il faut savoir que le REEE offre des subventions très intéressantes», continue Mme Iermieri.

Dans la tranche d’âge des 30 à 45 ans, la planification financière devient particulièrement importante et nécessaire non seulement pour savoir quel sera le régime d’épargne le plus avantageux. Le REER, selon les revenus, pourra faire diminuer le revenu familial imposable de quelques milliers de dollars permettant de bénéficier de crédits gouvernementaux touchant aux frais de garde, au crédit de solidarité, de la TPS et TVQ. Même les subventions pour le REEE sont plus généreuses lorsque le revenu est dans une tranche d’imposition inférieure.

«Le choix n’est pas facile. Rien n’est blanc ou noir. Il faut s’asseoir avec un planificateur pour évaluer les options et faire le meilleur choix dans les circonstances. C’est important, non pas en fonction des sommes placées, mais en fonction d’un gestion globale des avoirs et des dettes», précise-t-elle.

Cette planification sera utile autant pour préparer la retraite que pour la gestion des finances quotidiennes. On pourra même prévoir d’économiser pour créer un fonds d’urgence en cas de pépin, une option que bien des personnes n’ont pas prévue dans leur budget familial, mais qu’un planificateur pourra mettre à l’avant-plan dans une gestion multifacettes.

Et la planification peut se faire individuellement ou en couple selon les besoins ou la situation familiale antérieure, comme dans le cas des familles recomposées par exemple.