L’hôpital Élisabeth-Bruyère est situé sur la rue Bruyère dans la Basse-Ville d’Ottawa, baptisée en l’honneur de la mère supérieure des Soeurs de la charité d’Ottawa.
L’hôpital Élisabeth-Bruyère est situé sur la rue Bruyère dans la Basse-Ville d’Ottawa, baptisée en l’honneur de la mère supérieure des Soeurs de la charité d’Ottawa.

Hôpital Bruyère: bâtir par compassion

La mère Élisabeth Bruyère n’était pas une professionnelle de la santé en soi, mais son dévouement a certainement contribué à soigner des centaines de personnes, particulièrement durant la pandémie de typhus de 1847.

Née à L’Assomption en décembre 1818, Élisabeth Bruyère ne semblait pas destinée à devenir l’une des plus grandes bâtisseuses de la capitale du Canada. Pourtant, trois ans après avoir joint la Congrégation des sœurs grises de Montréal en décembre 1841, elle est choisie pour devenir la mère supérieure fondatrice de Bytown (Ottawa).

En quelques mois, la mère Bruyère a non seulement fondé un premier hôpital, mais aussi une école, une résidence pour aînés et une maison pour enfants abandonnés. Il faudra moins de deux ans pour que cet hôpital subisse un véritable test lorsqu’une épidémie de typhus frappe Bytown.

Élisabeth Bruyère a fondé à Ottawa un hôpital, une école, une résidence pour aînés et une maison pour enfants abandonnés.

«Les soeurs ont été vraiment héroïques, relate l’historien Michel Prévost. Elles ont soigné plus de 600 malades et elles en ont sauvé environ 475. Plusieurs religieuses sont tombées malades, mais aucune n’est décédée.»

Pendant que les soins étaient prodigués en grande majorité à des immigrants anglais et irlandais, Élisabeth Bruyère veillait aux opérations de cet hôpital.

«C’était une jeune femme. Elle n’avait que 26 ans [à son arrivée à Ottawa]. Elle a travaillé fort pour mettre de nombreuses oeuvres sur pied tout en continuant d’enseigner aux jeunes filles», souligne l’archiviste en chef des Soeurs de la charité d’Ottawa, Gabrielle Marchand-Dauphin.

L’hôpital Élisabeth-Bruyère est situé sur la rue Bruyère dans la Basse-Ville d’Ottawa, baptisée en l’honneur de la mère supérieure des Soeurs de la charité d’Ottawa.

Réalisations durables

Les religieuses se sont rapidement senties à l’étroit dans ce petit hôpital établi sur la rue St-Patrick, au fur et à mesure que la population de Bytown croît, durant le XIXe siècle.

Un nouvel hôpital est ouvert en 1866 sur ce qui deviendra la rue Bruyère dans la Basse-Ville d’Ottawa, baptisée en l’honneur de la mère supérieure des Soeurs de la charité d’Ottawa.

Cet hôpital au fil des années va évoluer et donnera à la capitale fédérale pas un, mais bien deux établissements de santé réputés: l’hôpital général d’Ottawa et Soins continus Bruyère. La Congrégation a réalisé quatre agrandissements à la maison de soins après le décès d’Élisabeth Bruyère en 1876, soit en 1899, 1921, 1927 et en 1948.

En 1927, une annexe de cinq étages est construite et permet d’ajouter 350 lits. Celle de 1948 permet de porter le bâtiment principal à sept étages, ainsi que le nombre de lits à 700.

L’hôpital d’Ottawa entreprendra ses opérations dans ce bâtiment au courant du XXe siècle, lorsque les religieuses délaissent la gestion de l’établissement. L’institution déménage à son emplacement actuel sur la rue Smyth dans les années 80.

Soins continus Bruyère ouvre alors ses portes sous le nom de Centre de santé Élisabeth-Bruyère pour y prendre soin de 43 malades chroniques. C’est aujourd’hui un organisme de soins universitaires qui emploie 68 médecins et qui dispose de 946 lits.