Caroline Chagnon
La Sicile est assurément la région viticole italienne qui reçoit le plus d’attention ces dernières années.
La Sicile est assurément la région viticole italienne qui reçoit le plus d’attention ces dernières années.

La Sicile et ses cépages autochtones

CHRONIQUE / La Sicile est assurément la région viticole italienne qui reçoit le plus d’attention ces dernières années. La récente revalorisation des cépages autochtones et la fascination pour les vins de volcans y sont certainement pour quelque chose.

Il y a belle lurette que la Sicile n’est plus l’île du vin en vrac et du vin fortifié marsala. Si les vins issus des sols volcaniques de l’Etna l’ont plus que jamais mis au goût du jour, son potentiel et sa diversité atteignent des sommets grâce à des terroirs exceptionnels et à des raisins locaux comme le nero d’avola, le frappato, le nerello mascalese, le carricante et le grillo.

Certains vignobles ont choisi de préserver ces cépages et de les cultiver — héritage et témoins d’une longue tradition de viticulture sicilienne. Des variétés qui sont, qui plus est, profondément adaptées à leur terroir, puisqu’elles ont su perdurer à travers les siècles au contexte climatique et topographique unique de la région.

Des vignerons comme Gulfi, Arianna Occhipinti ou COS, s’inscrivant à contre-courant des vins chauds et costauds que nous a souvent servi la région, démontrent une facette digeste et rafraîchissante de la Sicile. D’autant plus que la mise en valeur de ces cépages qui font la richesse et la singularité de l’île, se fait à travers des pratiques hautement respectueuses de la nature.

Figure importante de la région, le Domaine Gulfi est passé maître dans la vinification du cépage nero d’avola. Il en tire des cuvées élégantes, profondes et empreintes de fraîcheur. Certifié bio depuis 2004, le vignoble est dirigé selon une philosophie basée sur la conservation et le respect de la nature. À ce propos, Matteo Catania, propriétaire de la maison, attire l’attention sur le fait « qu’ils ne sont jamais devenus bio ». Depuis la création du domaine dans les années 1990, la prémisse a toujours été de maintenir l’équilibre naturelle, et l’acquisition de la certification n’a rien changé à leur façon de travailler. Dans le même état d’esprit, le domaine a fait le choix de ne pas irriguer ses vignes.

Situé sur la DOCG cerasuolo di vittoria, Gulfi élabore une cuvée de ladite appellation dont il reste encore quelques bouteilles en SAQ. Je vous en avais vanté les mérites de cette cuvée composée à parts égales de nero d’avola et de frappato en novembre dernier. Du beau vin de soif! 

35 $ • 14044848
13,5 % • 3,2 g/l 
Bio et vegan

Plus tard ce printemps, en mai, le domaine sortira son Nerojbleo 2017, un 100 % nero d’avola aux arômes de fruits noirs et d’épices. Une bombe fruitée un tantinet rustique à l’acidité dans le tapis et de belle souplesse. Une belle manière de découvrir Gulfi à prix raisonnable! Idéal pour accompagner les mets végétariens et végétaliens. 

D’autres cuvées à boire

Rioja 2018, Rayos Uva, Olivier Rivière
21,20 $ • 13076071 • 14 % • 1,4 g/l
Bio et vegan

Au début des années 2000, Olivier Rivière quitte la France pour s’installer en Rioja Alta, en Espagne. Après avoir travaillé avec l’œnologue Telmo Rodriguez, il s’établit pour de bon en 2009 en achetant ses propres vignes qu’il mènera selon sa propre philosophie, dans le plus grand respect du terroir — en biodynamie, donc sans l’intervention de produits chimiques. 

Olivier s’inscrit dans la mouvance des nouveaux vignerons de la Rioja qui laissent s’exprimer le fruit plutôt que la barrique. Les tempranillo, graciano et grenache relâchent ici librement leur essence, sans l’ombre d’un filtre. Aux tonalités de cerise, lilas et viande fumée, se superposent une matière juvénile légèrement corsée, une acidité notable et une finale savoureusement épicée. Voilà qui fera la part belle à un plat de pâtes épicées.

Espagne 2018, Calabuig, Enologica del Oleana
14,30 $ • 14189932 • 12,5 % • 1,4 g/l
Bio et vegan

Un autre espagnol, mais dans un registre complètement différent. Issu de vieilles vignes de bobal bio, cépage autochtone de la province de Valence, ce rouge provient de Castille-La Manche. La palette aromatique est franchement délicieuse avec une puissante note de fruit de la passion. Une cuvée en toute simplicité, pourvue d’une agréable souplesse, d’un fruit franc et d’une mâche juteuse. Bio et à moins de 15 $, c’est à acheter les yeux fermés! Idéal pour l’apéro.