Les noix qui proviennent d'arbres semblent avoir un effet protecteur plus marqué que les arachides.
Les noix qui proviennent d'arbres semblent avoir un effet protecteur plus marqué que les arachides.

Mangez des noix, vivez plus longtemps?

Une étude internationale confirme que la consommation de noix réduit le risque de mortalité attribuable aux maladies cardiovasculaires et aux autres pathologies
Ce contenu est produit par l'Université Laval.

Peu importe le pays que vous habitez, vos habitudes de vie ou votre régime alimentaire, consommer des noix réduirait le risque de mortalité causée par des maladies cardiovasculaires ou par d'autres pathologies. Voilà la principale conclusion d'une étude internationale publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition par une équipe dont font partie Gilles Dagenais, professeur émérite de la Faculté de médecine, et Paul Poirier, professeur à la Faculté de pharmacie.

Les deux cardiologues rattachés au Centre de recherche de l'Institut universitaire de cardiologie et de pneumologie de Québec sont associés au projet PURE (Prospective Urban Rural Epidemiology Study), une initiative dirigée par des chercheurs de l'Université McMaster, en Ontario. Ce projet, qui est mené auprès de 225 000 personnes de 27 pays, vise à déterminer comment les habitudes de vie et les facteurs socioéconomiques, cognitifs, environnementaux et génétiques influencent les facteurs prédisposant aux principales maladies chroniques.

Pour documenter l'effet de la consommation de noix sur la santé cardiovasculaire, les chercheurs ont analysé un sous-échantillon constitué de 123 329 participants, de 35 à 70 ans, provenant de 16 pays. Afin d'assurer la diversité de l'échantillon, les chercheurs ont pris soin de sélectionner des pays dont le niveau de vie allait de faible à élevé et qui étaient répartis sur cinq continents.

Pendant le suivi qui a duré presque 10 ans, les chercheurs ont observé 8662 décès et 5979 événements cardiovasculaires. Ils ont lié ces données avec la consommation d'amande, d'arachide, de noix de Grenoble, de noix de cajou, de pistache, de noisette, de châtaigne et autres types de noix, rapportée par les participants.

Les analyses, qui ont tenu compte des différences dans les habitudes de vie, le tabagisme par exemple, et dans le régime alimentaire des participants, révèlent que:

  • Le risque de mortalité cardiovasculaire est 23% plus bas chez les personnes qui consomment plus de 120 g de noix par semaine que chez celles qui en consomment moins de 30 g par mois.
  • Le risque de mortalité causée par des pathologies non cardiovasculaires est 18% plus bas dans le premier groupe.

Ces résultats viennent confirmer les conclusions des études menées précédemment sur la question, mais dont la portée se limitait aux populations d'Amérique du Nord et d'Europe. Les bienfaits des noix se manifestent donc aussi dans des populations moins bien nanties, qui ont des régimes alimentaires différents et qui consomment d'autres types de noix. Les analyses suggèrent que les noix qui proviennent d'arbres semblent avoir un effet protecteur plus marqué que les arachides.


« Les noix sont une source importante d'acides gras non saturés qui modifient favorablement la composition du bilan lipidique, notamment en augmentant le taux de “bon cholestérol”, le HDL. »
Gilles Dagenais

À quoi doit-on les bienfaits de noix sur la santé cardiovasculaire? «On ne connaît pas les mécanismes exacts, mais les noix sont une source importante d'acides gras non saturés qui modifient favorablement la composition du bilan lipidique, notamment en augmentant le “bon cholestérol”, le HDL, rappelle Gilles Dagenais. De plus, elles contiennent des composés bioactifs, comme les polyphénols, qui peuvent réduire le processus athérosclérotique et possiblement la formation de thrombose qui contribue à l'obstruction des artères.»

«La réduction du risque de mortalité cardiovasculaire que nous avons observée chez les gens qui consomment beaucoup de noix équivaut à celle obtenue chez les gens qui prennent une statine, signale Paul Poirier. Une poignée de noix par jour diminue, en moyenne, le mauvais cholestérol de 6%.»


« La réduction du risque de mortalité cardiovasculaire que nous avons observée chez les gens qui consomment beaucoup de noix équivaut à celle obtenue chez les gens qui prennent une statine. »
Paul Poirier

Cela dit, il n'est pas question, sur la base de cette étude, de soigner à coup de noix les personnes souffrant de problèmes cardiaques. «Comme toutes les grandes études épidémiologiques, PURE est de nature observationnelle, souligne le professeur Dagenais. Nous avons établi une association entre la consommation de noix et une réduction de la mortalité, mais pour démontrer l'efficacité des noix dans la prévention des maladies cardiovasculaires et des autres maladies chroniques. il faudrait réaliser une très grande étude clinique randomisée portant sur une dizaine de milliers de participants suivis pendant plusieurs années.»