Coupe du monde 2018

Ronaldo porte encore son Portugal et élimine le Maroc

MOSCOU — Buteur dès la 4e minute, Cristiano Ronaldo a comme contre l’Espagne porté le Portugal face au Maroc (1-0), mercredi à Moscou. Le champion d’Europe 2016 entrevoit les huitièmes de finale, que les Marocains, premier pays éliminé du Mondial-2018, ne disputeront pas.

Même pas besoin d’attendre le résultat d’Espagne-Iran, plus tard mercredi (20h00), pour savoir que le Maroc n’ira pas plus loin que le premier tour de ce Mondial russe, son premier depuis 1998.

En revanche, Cristiano Ronaldo et son Portugal ont pris une bonne option pour la qualification. Déjà auteur d’un triplé lunaire face à l’Espagne (3-3), le Madrilène a une nouvelle fois brillé mercredi, surgissant sur un corner en deux temps entre Bernardo Silva et Joao Moutinho pour tromper le gardien Munir de la tête (4e).

Investi et collectif, le capitaine portugais a aussi trop croisé une tentative (9e) et offert un caviar à son compère de l’attaque, le jeune Gonçalo Guedes, qui a poussé Munir à une parade digne de la référence allemande Manuel Neuer (39e).

La défense marocaine présente pourtant quelques références, avec comme capitaine le puissant Juventino Mehdi Benatia, le Madrilène Achraf Hakimi ou l’ancien Monégasque Nabil Dirar.

Ronaldo pas «tout seul» 

Mais Ronaldo semble investi d’une mission supérieure, conscient à 33 ans que cette édition 2018 est sans aucun doute sa dernière chance de gagner l’un des rares trophées qui manque à son palmarès, le plus beau d’entre tous.

«On n’a jamais vu un joueur gagner tout seul», avait toutefois rappelé l’expérimenté sélectionneur portugais Fernando Santos la veille du match. Et en effet le succès portugais tient au moins autant à «CR7» qu’à son gardien Rui Patricio.

Car le Maroc a poussé, poussé pour s’éviter une nouvelle désillusion, quelques jours après l’attribution du Mondial-2026 au trio Canada-Etats-Unis-Mexique plutôt qu’au royaume chérifien.

Déjà décisif lors de la finale de l’Euro-2016, Patricio, qui vient de signer à Wolverhampton, a réalisé pas moins de quatre parades décisives. Sur une frappe de Hakim Ziyech détournée par sa défense (23e), sur une tête de Mehdi Benatia à la suite d’un coup-franc (31e), face à Younes Belhanda (55e), sur un coup-franc de Ziyech également détourné (57e), la plus belle.

Les anciens du championnat de France, le latéral Raphaël Guerreiro et le Parisien Gonçalo Guedes, prêté la saison dernière à Valence, ont aussi livré un bon match, de même que le Monégasque Joao Moutinho, passeur sur le but de Ronaldo.

Et l’ancien Madrilène Pepe a rassuré derrière, malgré une petite erreur en début de partie, un ballon mal contrôlé que Khalid Boutaib n’a pas réussi à exploiter (8e), puis en fin de match, quand il a dégagé le ballon... dans son propre bras (85e).

Bref, Ronaldo n’est pas tout seul, c’est vrai. Mais il n’y a pour l’instant que lui qui totalise quatre buts, inscrits en deux matches de Coupe du Monde... L’Iran, dernier adversaire du Portugal le 25 juin dans un match crucial pour savoir qui terminera en tête de ce groupe, sait à quoi s’attendre.

Capitales

Début de mécontentement chez les Capitales, qui s'inclinent 4-2 contre les Aigles

Plus que le résultat, c’est l’attitude des joueurs des Capitales qui a dérangé le gérant dans la défaite de 4-2 face aux Aigles de Trois-Rivières, mardi soir, à Québec.

«Quand ça s’est mis à aller mal tôt dans le match, on a vu des faces longues et des gestes de mécontentement. Oui, je veux que les gars soient mécontents quand on perd, mais je ne veux pas le voir physiquement», a affirmé Patrick Scalabrini, après avoir servi un petit discours bien senti à ses protégés, une fois rentrés au vestiaire.

C’est que pas mal toute la soirée, les Aigles (15-14) ont eu le dessus sur les Capitales (18-12). Québec avait pourtant envoyé son meilleur lanceur partant pour amorcer la série de trois affrontements. Mais Ryan Searle (4-2) n’était pas à son mieux. Même si le gros artilleur a plongé de tous ses 250 livres pour capter un amorti raté de Sam Dexter en quatrième. Ce même Dexter à qui il avait accordé un circuit de deux points en deuxième manche.

Même que Searle a offert sa pire sortie depuis son arrivée avec les Capitales, soit quatre points mérités en cinq manches sur 104 lancers. Sa moyenne de points mérités, encore excellente, a néanmoins bondi de 1,39 à 2,17.

«Ce n’était rien de dramatique, mais quand un gars ne fait pas le travail, je veux que les autres aient la fierté de le relever et de le faire à sa place. Et là, on s’est éloigné un peu de cet esprit d’équipe qu’on a toujours aimé instauré avec les Capitales», a souligné l’instructeur-chef.

Les frappeurs des Aigles se sont montrés très patients à l’endroit de Searle, qui ne s’entendait pas avec l’arbitre au marbre Mayhue Edwards sur la zone des prises. «Searle est plus sharp que ça d’habitude, alors nos gars ont travaillé sur de longues apparitions et ça nous a donné des bons comptes», a analysé de son côté le gérant des vainqueurs, T.J. Stanton.

Partant de Trois-Rivières, Kevin McNorton (4-1, 2,65) a pour sa part été presque sans reproche durant sept manches et un tiers, n’accordant que deux points mérités et quelques rares frappes au champ extérieur.

Des huées pour Vitters

De fait, les Capitales poursuivent leur traversée du désert offensif. Jordan Serena passait entre autres un cinquième match d’affilée sans cogner le moindre coup sûr. Quant à l’ancien des ligues majeures Josh Vitters, hué à sa première présence après un retrait sur élan pour clore la deuxième manche, il a mis fin à une vilaine séquence de 0 en 14 à l’aide d’un faible ballon à l’entre-champ en neuvième manche.

Lachlan Fontaine, un autre qui en arrache au bâton, a cédé sa place en neuvième au nouveau (re) venu Philippe Craig-St-Louis, qui a toutefois été retiré sur élan au troisième tir après avoir regardé passer deux prises. James McOwen et Adam Ehrlich ont produit les points pour Québec.

La majorité de l’attaque trifluvienne est venue des trois derniers frappeurs du rôle, soit David Glaude, Anthony Hermelyn et Dexter, auteurs de deux coups sûrs chacun. À trois, ils ont marqué quatre points et en ont produit trois. Alberth Martinez a produit l’autre.

NOTES : L’assistance était de 1919 spectateurs... Mercredi, les lanceurs partants seront Lazaro Blanco (2-1, 3,29) pour Québec et Ethan Elias (2-3, 3,78) pour Trois-Rivières... Quand Craig-St-Louis rentrera à Gatineau après trois matchs, un voltigeur issu de l’Université de Hartford, Nick Campana, joindra les rangs des Capitales à compter de vendredi, pour la série au New Jersey... Le deuxième enfant de Kalian Sams est né mardi, une fille. Le musculeux cogneur sera de retour à Québec lundi... Blessé au muscle ischio-jambier de la cuisse gauche samedi, Edgar Lebron dit s’être senti «comme si quelqu’un m’avait poignardé». Le voltigeur des Capitales partira vendredi pour aller guérir à la maison, à New York. Son absence devrait durer de quatre à six semaines.

LIRE AUSSI : L'ANNULATION DES MATCHS CONTRE LES DOMINICAINS FAIT JASER

Sports

Le Condor s’en va à Nicolet

NICOLET — Le Condor de Saint-Cyrille a confirmé, mardi après-midi, qu’il s’envolait pour Nicolet. La ville de la rive-sud retrouve ainsi son équipe de la Ligue de hockey senior AAA du Québec.

Le propriétaire du Condor, Sylvain Desgranges, ramène donc sa formation là où elle était il y a quelques années. À défaut d’avoir des conditions optimales à Saint-Cyrille, Desgranges a été en mesure de s’entendre avec la Ville de Nicolet ainsi que l’association de hockey mineur de l’endroit. Des hommes d’affaires le rejoignent dans cette aventure, qui doit satisfaire plusieurs propriétaires à travers le circuit, particulièrement chez ceux de la région.

Sports

Le jorkyball, vous connaissez?

SAINT-LÉONARD-D'ASTON — Le village est surtout connu pour ses événements d’envergure liés à la balle rapide, ou encore à la vitalité des activités sportives de son école secondaire. Mais en juillet, c’est le jorkyball, un nouveau sport en émergence, qui fera parler de Saint-Léonard-d’Aston.

Cette municipalité de la rive-sud accueillera le Championnat mondial de jorkyball, du 4 au 7 juillet à son club local, situé sur la rue de la Station. Une centaine d’athlètes en provenance de sept pays, dont les hôtes du Canada, sont attendus pour l’occasion.