Yvon Michel va permettre à Mikaël Zewski de se battre pour deux ceintures mineures vendredi soir.

Zewski compte arrêter Lopez

Trois-Rivières — «Ça va être terminé au round six ou sept.»

Mikaël Zewski (32-1, 22 K.-O.) n’a pas hésité à se mouiller quant au sort qu’il entend réserver à son rival Abner Lopez (27-9-1, 23 K.-O.) dans l’arène du Casino de Montréal, vendredi soir, alors que les ceintures nord-américaines de l’IBF et la WBO chez les mi-moyens seront à l’enjeu.

Un enjeu qui s’avérera crucial pour la suite de la carrière du Trifluvien de 30 ans, qui a maintenant remporté six combats d’affilée depuis son unique défaite à son palmarès, en mai 2015 face à Konstantin Ponomarev.

Pour tenter de mettre la main sur deux nouvelles ceintures, Zewski a toutefois dû faire une croix sur son titre International de la WBC, où il pointe présentement au 14e rang mondial. «Je ressens beaucoup d’excitation mais aussi du stress de livrer la performance du siècle. Je dois toujours réussir à offrir une performance qui paraît exceptionnelle pour continuer à progresser», explique Zewski.

«C’était vrai au dernier combat et ça l’est encore, j’en suis à un carrefour dans ma carrière. À 30 ans, tout doit se passer à la perfection pour me permettre d’obtenir un gros combat bientôt. À 35 ans, il sera rendu trop tard. Présentement, je suis trop dangereux mais pas assez payant pour que les meilleurs veulent me défier. Si je réussis à percer les classements mondiaux de trois associations, ça va rendre ma candidature beaucoup plus légitime!»

Mercredi, lors de la conférence de presse officielle de l’événement, Lopez a décoché une petite flèche à l’endroit de Zewski, en soulignant que le Trifluvien n’avait pas nécessairement eu droit à une opposition d’aussi grande qualité que lui depuis le début de sa carrière. Le commentaire n’a toutefois pas déstabilisé Zewski, qui a même admis que son rival avait en partie raison!

«C’est vrai, mais ça ne change pas ce qu’il va se passer dans le ring vendredi. J’ai un énorme respect pour mon adversaire, je suis reconnaissant qu’il vienne ici pour livrer un combat de qualité. C’est loin d’être un combat facile qui m’attend. Mais j’ai travaillé très fort à l’entraînement pour réussir à arrêter le combat avant la fin.»

Au cours des dernières années, Lopez s’est frotté à des pointures de haut niveau. Il a notamment arraché un verdict nul, en avril dernier, à Pedro Campa (30-1-1, 20 K.-O.) en plus d’atteindre la limite face à Antonio Orozco (28-1, 17 K.-O.). Le Mexicain de 29 ans s’est aussi mesuré à Alex Saucedo (28-1, 18 K.-O.) et Jose Zepeda (30-2, 25 K.-O.), deux boxeurs qui ont eu droit à des combats de championnat du monde.

«Je me suis renseigné, j’ai regardé des vidéos et Mikaël est un boxeur très talentueux que je respecte. Mais je m’en viens ici en mission et c’est pour repartir avec les ceintures!», a lancé Lopez devant les médias.

Pas de répit pour Houle

Zewski ne sera pas le seul athlète originaire de Trois-Rivières à monter dans l’arène du Casino vendredi. Marie-Pier Houle (1-0) livrera son deuxième combat en l’espace de trois semaines alors qu’elle sera opposée à la Mexicaine Veronica Diaz Marin (0-2). La protégée de Jean Zewski et Sébastien Gauthier avait réussi son baptême professionnel le 8 juin en s’imposant par décision unanime devant Maria Guadalupe Duran (1-3).

«J’ai seulement pris deux petits jours de congé avant de repartir la machine en vue de mon prochain combat. Ça me donne un gros boost d’avoir deux combats aussi rapprochés. Je surfe encore sur la vague de ma première victoire!», sourit celle qui a surtout peaufiné des détails techniques entre ses deux sorties dans le ring.

«J’ai beaucoup travaillé pour trouver ma distance parfaite afin de mieux toucher mon adversaire que la dernière fois. C’est un ajustement entre les professionnelles et le niveau amateur. J’ai vu ce que c’était alors je serai plus confiante en commençant, vendredi.»

Dicaire en finale

En finale de ce gala, Marie-Ève Dicaire (15-0) défendra son titre mondial de l’IBF devant la Suédoise Maria Lindberg (17-4-2, 9 K.-O.). Il s’agira de sa deuxième défense de ceinture et sa première sortie depuis sa victoire aux dépens de la Suédoise Mikaela Lauren, le 13 avril dernier. Francis Lafrenière, Wilfred Seyi et Yan Pellerin seront aussi en action vendredi soir.