Federer est de retour au jeu après avoir raté la fin de la saison 2016 pour permettre à son genou gauche de guérir après une opération et il a retrouvé sa touche d'antan.

Wimbledon: Federer, Djokovic, Nadal et Murray toujours en lice

Comme d'habitude, Roger Federer, Novak Djokovic, Rafael Nadal et Andy Murray sont au sommet de leur art à Wimbledon et seront les têtes d'affiche de la deuxième semaine du tournoi.
«C'est leur territoire», a souligné Ernests Gulbis, qui a été incapable d'offrir une très bonne opposition à Djokovic au troisième tour.
Depuis le triomphe de Lleyton Hewitt il y a 15 ans, personne d'autre que Federer (sept titres), Djokovic (trois), Nadal (deux) ou Murray (deux) n'a gagné le titre en simple masculin à Wimbledon. De plus, les membres du célèbre quatuor ont aussi été huit fois les finalistes au cours de cette période.
«Je m'attendais à ce que tout le monde trouve sa touche cette semaine, surtout Andy et Novak, a souligné Federer. De mon côté, j'espérais me rendre ici. Et Rafa et très confiant. Je ne suis pas surpris de le voir toujours en lice.»
Après une période au cours de laquelle Djokovic et Murray, l'actuel no 1 mondial, ont devancé Federer et Nadal au classement, et commencé à leur ravir les titres majeurs, les deux vétérans ont repris le dessus en 2017.
Federer est de retour au jeu après avoir raté la fin de la saison 2016 pour permettre à son genou gauche de guérir après une opération et il a retrouvé sa touche d'antan. Il a remporté un premier titre du Grand Chelem en quatre ans et demi en s'imposant aux Internationaux d'Australie, battant Nadal en finale.
Il s'agissait aussi de la première indication du retour de Nadal au sommet, lui aussi après avoir pansé ses blessures. L'Espagnol a ensuite remporté un 10e titre en carrière aux Internationaux de France, sans échapper une seule manche. Nadal a maintenant gagné 28 sets d'affilée en tournois majeurs, la troisième meilleure séquence de l'histoire derrière les 36 de Federer en 2006-07 et les 35 de John McEnroe en 1984.
«Contre Rafa, si vous lui donnez la chance, il va vous pulvériser», a affirmé l'homme qu'il a battu en troisième ronde, la 30e tête de série Karen Khachanov.
Comme Federer l'a souligné, ce sont Djokovic et Murray qui sont arrivés à l'All England Club avec la mine basse.
Djokovic semble toutefois connaître un regain d'énergie avec Andre Agassi et Mario Ancic comme entraîneurs. Et Murray, le champion en titre, est le seul membre du quatuor à avoir perdu une manche depuis le début de la quinzaine: contre Fabio Fognini au troisième tour.
Lors de la ronde des 16, Murray affrontera le Français Benoît Paire, Nadal sera opposé au Luxembourgeois et 16e tête de série Gilles Müller, Djokovic croisera le fer avec le Français Adrian Mannarino et Federer jouera contre le Bulgare et 13e tête de série Grigor Dimitrov. Le Canadien et finaliste en 2016 Milos Raonic est aussi toujours en lice et il affrontera l'Allemand et 10e tête de série Alexander Zverev.
Chez les femmes, l'Allemande et favorite Angelique Kerber a rendez-vous avec l'Espagnole et 14e tête de série Garbine Muguruza dans un duel entre les deux dernières finalistes. La quintuple championne Venus Williams affrontera la Croate Ana Konjuh dans un duel de générations. La championne surprise aux Internationaux de France Jelena Ostapenko continue de faire bonne impression et elle sera opposée à l'Ukrainienne et quatrième tête de série Elina Svitolina.
Âgée de 37 ans, Williams est la joueuse la plus âgée toujours en lice chez les femmes. Âgée de 19 ans, Konjuh est la plus jeune.
La dynamique des âges est aussi intéressante chez les hommes, alors que l'on retrouve sept joueurs âgés de 30 ans ou plus parmi les 16 toujours en lice, le plus grand total dans l'ère moderne à Wimbledon.
Federer célébrera son 36e anniversaire de naissance le mois prochain, Nadal est âgé de 31 ans, tandis que Djokovic et Murray ont tous les deux 30 ans. Müller (34), Kevin Anderson (31) et Tomas Berdych (31) sont les autres membres du groupe.
«J'ai joué dans les juniors avec plusieurs de ces gars-là et c'est spécial de les voir encore jouer, de voir qu'ils ont encore du plaisir et qu'ils continuent à bien faire malgré la nouvelle génération qui essaie de faire sa place», a noté Federer.