Adam Braidwood serait ravi de remonter dans l’arène du Centre Gervais Auto le 15 juin prochain, en sous-carte de la revanche entre Simon Kean et Dillon Carman.

«Vous allez voir un boxeur bien différent»

Shawinigan — Roger Lavergne et Camille Estephan ont promis une sous-carte relevée derrière la finale entre Simon Kean et Dillon Carman et ils font les efforts pour livrer la marchandise. En plus de quelques jeunes loups d’Eye of the Tiger Management, les copromoteurs de la carte du 15 juin à Shawinigan tentent de ramener Adam Braidwood afin de mettre sur pied un deuxième duel de poids lourds au cours de cette soirée qui s’annonce explosive.

Le colosse natif de la Colombie-Britannique, qui ne n’est pas rebattu depuis sa cuisante défaite l’an dernier face à Kean, ne demande pas mieux que de revenir en Mauricie. «Il n’y a rien de signé, mais il y a volonté mutuelle de refaire des affaires ensemble. Mon vœu, c’est que ça fonctionne», lance l’ex-joueur de football en entrevue téléphonique avec Le Nouvelliste. «Et c’est Éric Barrak que je veux affronter! Mon équipe m’a demandé si c’était un combat que je voulais et j’ai dit oui.»

Les neuf derniers mois n’ont pas été de tout repos pour Braidwood, qui a eu quelques ennuis avec la justice. C’est maintenant derrière lui. Il dit être prêt à effectuer un retour depuis décembre, mais quelques rendez-vous ratés ont prolongé le délai. «Ce n’est pas nécessairement une mauvaise chose. Je n’ai pas un gros passé amateur, j’ai pu me concentrer à améliorer ma technique ces derniers mois. Vous allez voir un boxeur bien différent en juin. Je me sens mieux, je sais où je m’en vais. J’ai maintenant hâte de passer à l’action», sourit le sympathique boxeur, qui avait dit quelques minutes après sa défaite espérer obtenir une autre chance contre Kean. Cette deuxième visite à Shawinigan s’inscrit-elle dans cette logique? «On verra. Je dois faire au moins trois ou quatre combats avant de penser à ça. On va y aller une étape à la fois.»

Avant de se pointer en Mauricie, Braidwood espère d’ailleurs dénicher un combat de remise en forme ce printemps. «C’est le plan. Un premier combat, puis cap sur Shawinigan en juin. Ce sont des pourparlers actuellement, j’ai hâte que tout soit réglé.»

Lavergne, de son côté, ne demande pas mieux que de ficeler l’entente. Il dit que les négociations avec Mel Lubovac, la promotrice de Braidwood, sont cordiales. Il refuse toutefois de dévoiler ses plans concernant l’adversaire potentiel du Boogeyman. «On se parle, ça avance. Ce n’est pas un secret qu’on veut ramener Braidwood chez nous pour faire plaisir à nos fans. Pour le reste, on va attendre un peu et voir les développements. J’ai appris qu’en boxe, il faut y aller une étape à la fois!», sourit Lavergne.

Carnet de notes

Braidwood ne veut pas se mouiller sur l’identité du gagnant lors de la revanche Kean-Carman. «Ça va dépendre dans quel état d’esprit les deux vont se présenter sur le ring. L’aspect mental est très important dans notre sport. Pour le reste, je vais garder mon opinion pour moi. Possible que je les affronte tous les deux dans l’avenir, je ne veux pas leur donner des munitions inutilement!»