Volleyball: la tête déjà en finale

Au volleyball féminin, la deuxième division du Réseau du sport étudiant du Québec n'est pas celle où il y a le plus de parité. À moins d'une catastrophe, les Patriotes de l'UQTR devraient rencontrer les Citadins de l'UQAM, en finale du Championnat provincial qui se tiendra ce week-end dans la métropole.
L'entraîneur des Trifluviennes, Étienne Lefebvre, s'attend à ce que ce scénario se concrétise rapidement.
«C'est sûr qu'on se prépare à affronter Montréal. Mais il ne faut pas trop prévoir d'avance, nous devons passer la demi-finale avant», a-t-il rappelé.
Pour ce faire, les Patriotes devront venir à bout des Inuk de l'Université du Québec à Chicoutimi, samedi. Cette formation n'a gagné qu'un seul match en 12 sorties cette saison. L'UQAM fera quant à elle face à l'Université du Québec à Rimouski, qui a signé ses trois victoires cette saison contre les Saguenéennes.
«Peu importe qui nous affrontions, je n'avais pas de préférence. Je pense que ce sont des équipes que nous sommes capables de battre», a mentionné le pilote trifluvien.
Un titre à défendre
Si la logique est respectée, la finale, qui aura lieu dimanche, opposera l'UQAM et l'UQTR pour la quatrième fois en autant d'années d'existence de la division II. Les Patriotes, qui ont gagné deux titres, tenteront de défendre celui qu'elles ont gagné en 2013.
Cette saison, les Montréalaises se sont avouées vaincues lors de deux de leurs trois affrontements contre la troupe de Lefebvre. «Les deux derniers matchs ont été serrés. Elles ont su ajuster plusieurs aspects. Notre préparation ciblera les faiblesses défensives de notre adversaire. Je pense que ça devrait bien aller.»
Le pilote estime que les deux équipes ont beaucoup progressé. Il doute toutefois que l'appui de la foule puisse jouer un rôle important lors de cet hypothétique duel.
«C'est le premier provincial à Montréal, alors je ne sais pas exactement à quoi m'en tenir, mais habituellement c'est tranquille. Il y a plus d'ambiance à Chicoutimi et à Trois-Rivières», a-t-il noté.
L'attaque trifluvienne passera par Marie-Christine Gravel et Myrianne Courteau, ainsi que Rachel Trottier au poste de libéro.
«Notre système de jeu mise sur une attaque en puissance. Avec Courteau et Gravel, nous avons deux bonnes cogneuses. Notre système se développe beaucoup par la passe, ce qui donne des opportunités à l'attaque», a souligné Lefebvre.