Cinq joueuses originaires de la Mauricie et du Centre-du-Québec compléteront leur stage collégial au Championnat canadien de volleyball féminin, en fin de semaine à Québec. De gauche à droite: Rachel et Roxane St-Amand, Gabrielle Fortin, Justine Raymond et Laurence Flamand.

Volleyball collégial: cuvée unique à la conquête de l’or

Trois-Rivières — La meilleure équipe collégiale de volleyball au Québec compte en ses rangs cinq joueuses originaires de la Mauricie ou du Centre-du-Québec. Quatre d’entre elles auront l’occasion, en fin de semaine, de conclure leur passage au cégep en tentant de gagner le Championnat canadien, sous les couleurs des Élans de Garneau.

Pour une petite région comme la nôtre, voilà une situation exceptionnelle. Les jumelles Rachel et Roxane St-Amand, de même que Justine Raymond et Laurence Flamand, jouent ensemble depuis des années. Les quatre sont des finissantes des Élans, les hôtes du Championnat canadien, en fin de semaine à Québec.

À leurs côtés, une autre fille de la région, Alexandra Bernard, écoule sa deuxième année d’éligibilité au collégial. Ça commence à faire beaucoup de joueuses qui ont évolué dans la structure des Estacades!

«On est pas mal fières de nous, sourit Rachel St-Amand. De le vivre avec des filles dont je suis si proche et avec ma sœur en plus, ça ajoute quelque chose de spécial.»

Les Élans, en passant, sont invaincues cette saison (17-0). Elles entrent dans cet ultime tournoi, à la maison, en tant que troisième équipe au Canada, selon le plus récent classement national.

Rachel et Laurence ont su se tailler une place sur l’équipe d’étoiles des provinciaux, tandis que Roxane a été nommée joueuse par excellence de la finale, remportée contre les Lynx du Cégep Édouard-Montpetit, qui aligne en ses rangs une autre Mauricienne en Gabrielle Fortin.

Cette dernière, comme les cinq filles de Garneau, prendra part au Championnat canadien, mais dans l’uniforme des Lynx. Faites le calcul et vous arriverez à six joueuses de la région au tournoi.

«Plus jeunes, je me souviens que nous avions toutes un objectif commun: celui de jouer au plus haut niveau au collégial. On l’a atteint! Je suis reconnaissante envers tous les entraîneurs que j’ai rencontrés, du primaire jusqu’au Sport-études. Ils ont eu un gros impact dans ma vie et ils sont la preuve que le développement du volleyball fonctionne bien en Mauricie. C’est en grande partie grâce à eux», souligne Rachel St-Amant, une passeuse qui rejoindra les Patriotes de l’UQTR, en première division universitaire cet automne.

Laurence Flamand la suivra à l’UQTR. Comme sa coéquipière Justine Raymond, l’attaquante a été retenue dans le top-10 des joueuses les plus utiles à son équipe au pays. Pour Flamand toutefois, les succès collectifs passent avant tout.

«On vise le top! La clé du succès, c’est qu’on se connaît bien, ça fait tellement longtemps que nous évoluons ensemble. C’est certain que ça se ressent.»

Lors de leur première année collégiale il y a deux saisons, les Mauriciennes des Élans avaient aussi atteint les nationaux. À Grande Prairie en Alberta, elles avaient terminé cinquièmes. «Nous étions jeunes, avec moins d’expérience qu’aujourd’hui», rappelle Laurence Flamand, convaincue que son groupe a ce qu’il faut pour triompher.

Une vision partagée par la Centricoise Justine Raymond, considérée par plusieurs comme la meilleure centrale au Québec. «On a une bonne chimie, ça se reflète dans notre jeu», dit la future joueuse du Rouge et Or de l’Université Laval, qui ne regrette pas sa décision d’avoir rejoint les Estacades en secondaire 5, il y a quelques années.

«C’est là que j’ai connu les filles. Ce fut une de mes bonnes décisions.»

Avec le Rouge et Or l’an prochain, elle jouera aux côtés de Roxane St-Amand. Gabrielle Fortin, quant à elle, portera le maillot des Carabins de l’Université de Montréal.

Aucun doute, cette cuvée de bonnes joueuses n’a pas fini de faire parler d’elle.