Victoria Lachance ne s’est pas présentée au début du camp des Aigles.

Victoria se retire du baseball

Trois-Rivières — Victoria Lachance ne se présentera pas au camp d’entraînement des Aigles juniors de Trois-Rivières.

En janvier, celle qui était jusque-là connue sous le nom de Danick Lachance-Plante avait effectué plusieurs sorties médiatiques pour annoncer qu’elle devenait Victoria. Son histoire devait faire le tour du Québec, puisqu’elle serait la première joueuse de baseball élite transgenre, au début de la campagne 2019.

Or, Le Nouvelliste a appris qu’au cours des derniers jours, elle a signifié aux Aigles son désintérêt à poursuivre sa carrière, et ce même si l’équipe lui avait assuré qu’elle aurait sa place en vue de la prochaine saison.

«Après ses nombreuses entrevues du début de l’année, on devait se revoir au camp», explique le directeur général des Aigles juniors, Steeve Ager, qui n’a plus vraiment eu de contacts avec sa joueuse depuis.

L’entraîneur-chef de l’équipe, Alexandre Béland, prévoit toujours des périodes d’entraînement pour les joueurs n’étant pas suivis au sein d’un programme Sport-études, comme celui des Estacades ou encore des Dragons du Collège Laflèche. C’était le cas de Victoria. Il s’attendait donc à voir sa protégée se pointer à ces séances, d’autant plus qu’elle aurait sans doute un peu de rattrapage devant elle, notamment en raison de la prise d’hormones. Il ne l’a jamais vue.

«Quand elle nous a annoncé son changement de nom et de sexe, on sentait encore la passion pour le baseball, une passion qu’elle avait depuis des années. Mais plus le temps avançait, plus la flamme semblait s’éteindre. Parfois, les priorités changent et je pense que c’est le cas pour elle», mentionne Béland, dont le camp d’entraînement s’est amorcé samedi, au Complexe sportif Alphonse-Desjardins.

Victoria Lachance n’aurait avisé ses patrons qu’il y a quelques jours de ses intentions. Ça faisait déjà un certain nombre de semaines qu’ils s’interrogeaient à son sujet.

«Chaque année, on gère ce genre d’histoires», assure Steeve Ager. «Des joueurs décident de changer leurs plans pour retourner aux études ou encore, ils préfèrent continuer à jouer dans le junior AA avec leurs amis, par exemple. Pour Victoria, c’est plus particulier, mais nous ne sommes pas du genre chez les Aigles à essayer de convaincre nos jeunes si leur idée est faite. On respecte son choix.»

Baseball Québec et la Ligue de baseball junior élite du Québec ont été mis au fait de la situation. En janvier, les deux organismes s’étaient montrés ouverts à appuyer les Aigles juniors et Victoria. La réponse d’un peu tout le monde avait d’ailleurs emballé la Trifluvienne.

«Notre porte est toujours ouverte»

«Elle assume sa décision de se retirer, c’est un choix réfléchi. Et si jamais l’envie lui prend de recommencer le baseball, on l’accueillera. Notre porte est toujours ouverte. On a déjà vu ça, par le passé, des jeunes revenir dans l’équipe après une période de questionnement», poursuit Ager.

«On oublie parfois qu’à cet âge, ce sont des ados qui vivent des transitions. Victoria en vit une très importante en ce moment. Le test de la réalité dans le vestiaire approchait, on était confiants que ça se passe bien, car nos joueurs réagissaient bien à la nouvelle.»

«Nous lui souhaitons le meilleur pour la suite, enchaîne l’entraîneur Alexandre Béland. Victoria a écrit un beau message de remerciement à toute l’organisation, ce fut très apprécié.»

Le Nouvelliste a tenté de rejoindre Victoria Lachance, mais en vain.