L’offensive des Draveurs a fait son boulot vendredi soir.

Victoire éclatante des Draveurs

Trois-Rivières — Les Draveurs avaient promis un bon spectacle vendredi soir alors qu’ils attendaient une des foules les plus importantes de la saison au Colisée. Ils ont livré la marchandise dans une victoire de 7-3 face aux 3L de Rivière-du-Loup.

Il a fallu attendre la deuxième période avant de voir les Draveurs inscrire un premier but. Un filet chanceux, en désavantage numérique, quand Jérémy Vigneault-Bélanger a envoyé la rondelle vers la cage du coin de la patinoire. La rondelle a frappé le dos du gardien Guillaume Decelles avant de terminer derrière la ligne rouge, à la surprise de tout le monde au Colisée.

C’est tout ce dont avait besoin l’offensive trifluvienne pour se mettre en marche, qui a pris une avance de 4-0 avant que ne retentisse la sirène. François-Pierre Guénette, Yannick Tifu et Marc-André Huot ont été les marqueurs. Tifu – qui a connu un fort match - en a rajouté dès la première minute du troisième engagement pour mettre la rencontre hors de la portée des 3L.

«C’est clair que lorsque ton proprio offre un match à 5$, il faut répondre parce que ça ne passe pas souvent. Ce n’était pas facile en début de match. On est une équipe qui travaille fort pour se sortir du trou dans lequel nous sommes et nos nouveaux ajouts, comme François-Pierre Guénette et Archambault, ont bien répondu. Tifu jouait avec le bâton serré quand il est arrivé et il joue de mieux en mieux. Il complète bien Jonathan Bellemare», a analysé l’entraîneur-chef Alain Côté après la rencontre.

Marc-Antoine Gélinas a de nouveau été fumant devant la cage trifluvienne pendant les 50 premières minutes du match, avant de céder trois fois alors que la garde avait été baissée chez les Draveurs.

Déception aux guichets

Les Draveurs avaient mis le paquet vendredi soir afin d’attirer un maximum de spectateurs en abaissant le prix de leurs billets à 5$. Un prix inférieur au hockey senior! La réponse des Trifluviens - ils n’étaient que 775 dans les gradins - n’a pas été à la hauteur des attentes de l’organisation.

«Je me demande ce qu’on peut faire de plus, a soupiré le propriétaire de l’équipe, Étienne Boileau. On espérait 1500 personnes, et on avait fait nos devoirs. Les Cataractes ne jouent pas, le Canadien non plus. Au moins, le spectacle a été bon et nous avons vu plein de nouveaux visages. C’est une bonne nouvelle.»

Questionné à savoir si, à son avis, il est encore possible pour une équipe de faire courir les foules vers le vieux Colisée, Boileau estime que oui.

«Je pense que les gens vont devoir donner la chance au coureur. On ne lancera pas la serviette et on va faire encore plus de promotions. Mais je crois que les gens doivent encourager l’équipe de leur ville. Regardez les Aigles. Si les gens arrêtent d’aller au stade, ils vont partir. C’est la même chose pour nous.»

Corbeil déjà de retour

Les retrouvailles entre Nicolas Corbeil et les partisans trifluviens n’auront pas tardé, trois jours après avoir été échangé aux 3L en retour d’Étienne Archambault dans une transaction qui impliquait quelques autres éléments. À son premier match face à son ancienne équipe, il a amassé un but et une passe alors qu’Archambault, qui effectuait son retour à Trois-Rivières après trois ans d’absence, a récolté deux passes.

Corbeil est revenu sur la transaction de la semaine. Une décision qu’il n’avait pas vu venir.

«J’aurais aimé avoir une discussion avant que tout ça arrive. Je suis un vétéran et c’est la moindre des choses. Je sais que ça vient du propriétaire et je trouve que c’est un manque de respect. Il ne m’a jamais parlé et là, il m’annonce ça d’un coup. Il m’a donné comme raison que ça prenait un changement d’air, mais je n’achète pas ça. Dans cette ligue, ça arrive de traverser de mauvaises séquences, autant moi qu’Étienne. La page est tournée, je suis content d’être avec les 3L.»

Corbeil s’était beaucoup impliqué auprès des partisans trifluviens à l’aide des réseaux sociaux. Il espère d’ailleurs que ceux-ci seront nombreux à revenir au Colisée.

«Je voyais le potentiel qu’il peut y avoir à Trois-Rivières. C’est dur de les ramener à l’aréna, mais il y a une bonne base de vrais fans et ils ont juste besoin d’un petit déclic. Sincèrement, je souhaite aux joueurs et aux entraîneurs que ça vire de bord.»