Antoine Tremblay a marqué dès la première manche, mercredi à Charlesbourg, et les Aigles juniors n’ont plus jamais perdu l’avance.
Antoine Tremblay a marqué dès la première manche, mercredi à Charlesbourg, et les Aigles juniors n’ont plus jamais perdu l’avance.

Victoire des Aigles juniors à Charlesbourg

TROIS-RIVIÈRES — Le bon début de saison des Aigles juniors se poursuit. Mercredi soir à Charlesbourg, Nathan Landry a encore connu un fort match, si bien que les Trifluviens ont gagné une troisième rencontre en quatre sorties, par la marque de 4-3.

L’as des Oiseaux a savouré sa deuxième victoire en 2020, espaçant sept coups sûrs et deux points mérités en six manches de travail. Il a aussi retiré les Alouettes neuf fois sur des prises.

Après avoir accordé un double au Nicolétain Raphaël Savard avec un retrait en fin de septième, le releveur des Aigles Christopher St-Pierre a conclu le boulot pour mériter le sauvetage. Sur le dernier jeu de la rencontre, le deuxième-but Hugues Marineau a d’ailleurs réalisé un beau jeu défensif.

«J’ai senti les gars confiants et jamais trop inquiétés. Christopher a vraiment bien réagi en relève», relatait Doucet, qui avait aussi de bons mots pour William Verville (un point produit, trois buts sur balles) et Antoine Tremblay (un bon contact dès la première manche).

«Pour une jeune équipe, c’est satisfaisant jusqu’ici. Je pense toutefois qu’on peut être meilleurs au bâton.»

Dans le camp des Alouettes, on encaissait un sixième revers en autant de parties. «Encore un match serré qui ne tourne pas à notre avantage, analysait l’entraîneur Fred Lajoie. Je suis content de la performance de mes gars, car on affrontait un bon lanceur. Nous avons été combatifs, c’est une question de temps avant que ça débloque.»

Il s’agissait évidemment d’un match spécial pour Doucet et Lajoie. Les deux se connaissent bien, puisque Lajoie a grandi dans l’organisation des Aigles, à l’époque du premier règne de Doucet comme entraîneur-chef.

«C’était cool de se voir! Rémi et moi, on a une histoire ensemble, on a gagné des championnats. Il m’a aussi coaché, alors j’imagine que lorsqu’il voit certains de mes signaux, ça lui rappelle des choses. Mais sinon, c’était un match comme les autres. Ce sera plus spécial quand nous irons à Trois-Rivières.»

Doucet partageait ce drôle de sentiment. «C’était étrange de voir Fred dans un autre uniforme. Tu ne souhaites pas qu’il gagne contre nous, mais tu ne lui souhaites pas de malheur non plus. On a eu de bons moments et il n’y a aucune animosité.»

Les Aigles sont de retour au Stade Quillorama, jeudi soir. Cette fois, ils affronteront les Diamants de Québec.