Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Simon Kean en compagnie de son entraîneur Vincent Auclair.
Simon Kean en compagnie de son entraîneur Vincent Auclair.

Victoire de Simon Kean au terme du quatrième assaut

Matthew Vachon
Matthew Vachon
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Pour son premier combat en plus d’un an, le Trifluvien Simon Kean (20-1-0, 18 K.-O.) n’a pas raté sa chance. Face à un Donald Haynesworth (16-6-1, 14 K.-O.) porté sur la défensive, le boxeur de 32 ans a été le principal agresseur tout au long de ce combat. Ayant atteint l’Américain à l’œil, Kean a vu son adversaire lui concéder la victoire à l’issue de la quatrième ronde.

Désireux d’établir son jab et de présenter une bonne défensive, Kean a respecté son plan de match à la lettre jusqu’au forfait d’Haynesworth. «J’étais moins hargneux qu’à l’habitude. J’étais plus concentré et la défensive était au point. Il faudra marier mon offensive à ça maintenant. Elle est encore là, mais en travaillant comme ça, je pourrai gagner de plus grands combats. C’est moins spectaculaire, mais ça peut payer à long terme», a exprimé Kean en conférence de presse.

N’ayant pas reçu le moindre coup significatif, celui qui est surnommé le Grizzly s’attendait à ce que son adversaire soit plus agressif. Celui-ci est cependant demeuré sur la défensive tout au long de l’affrontement tout en se déplacement souvent. «Ce que nous avions observé, c’est que c’était une personne qui avançait et qui lançait plus de coups. J’étais surpris de le voir se déplacer et se reculer jusqu’aux câbles pour m’attendre. Je pense que c’était son plan de match, car quand je décochais mes coups, il les bloquait. Ça m’a un peu découragé. Il n’y avait pas beaucoup d’ouvertures. En quatrième ronde, je suis revenu à la base avec plus de jabs. Ça touchait plus la cible et à la fin, son visage était magané, ce qui a forcé l’arrêt du combat.»

Tout au long de l’affrontement, l’entraîneur de Kean, Vincent Auclair, était très volubile, adressant ses consignes à son protégé. Il s’est montré fort satisfait de la performance de Kean. «Ce que nous travaillons en gymnase, ce n’est jamais certain que ça va se refléter dans le ring. […] Il a bien contrôlé la distance. Il fallait faire attention de ne pas trop frapper dans les gants, car son but était de voir Simon se fatiguer. Simon aurait pu faire certaines choses en plus pour percer sa défensive, mais nous en reparlerons en temps et lieu.»

Il y a certes une quarantaine qui l’attend à son retour au Canada, mais la reprise de l’entraînement ne tardera pas. Selon Auclair, il ne faudrait pas s’étonner de revoir Kean remonter dans le ring prochainement. «Le plus tôt possible sera le mieux, car il n’a pas encaissé de coups lors de ce combat. Il pourrait revenir à l’entraînement dès la fin de sa quarantaine.»

Victoire expéditive de David Lemieux

Lors du dernier combat de la soirée, le Québécois David Lemieux (43-4, 36 K.-O.) ne s’est pas trop éternisé, envoyant son adversaire David Zegarra (34-5, 21 K.-O.) au sol à trois reprises dès les deux premiers assauts. À la troisième fois, l’arbitre a décidé d’arrêter immédiatement le combat. Si la victoire a été expéditive, l’entraîneur de Lemieux, Marc Ramsay, n’était pas parfaitement heureux de la performance de son protégé, lui qui s’est laissé emporter par l’émotion.

«J’étais un peu surexcité. Je souhaitais offrir un bon spectacle aux amateurs. J’aurais pu mieux faire, mais nous sommes satisfaits du combat. […] J’étais en bonne forme et je sentais que les coups de poing rentraient. Je voulais trop en donner aux partisans. Ça a fait en sorte que je néglige un peu ma défensive et ma structure. Il y a des petits ajustements à faire.»

Lemieux a fait valoir qu’il espérait être de retour en action dès le mois de septembre.

Deux autres combats rapides

À l’image des deux gros combats de la soirée, les confrontations entre Erik Bazinyan (26-0, 20 K.-O.) et Scott Sigmon (35-15-1, 18 K.-O.) ainsi que celle entre Martine Vallières (3-0, 1 K.-O.) et Maricruz Gomez (0-3-2) ont été de très courtes durées. Bazinyan, après avoir ébranlé son adversaire avec quelques bons crochets, a rapidement vu l’arbitre mettre fin au combat dès la deuxième ronde. Il a ainsi pu conserver ses ceintures de champion des super moyens de la North American Boxing Association (NABA) et de la North American Boxing Federation (NABF).

De son côté, la Québécoise Martine Vallières a connu un départ canon face à la Mexicaine Gomez. Ses premiers coups ont touché la cible et Gomez a été coupée au-dessus de l’arcade sourcilière. Le médecin est venu examiner les blessures de Gomez et il a été déterminé qu’elle ne pouvait plus poursuivre. Au total, ce combat a duré 90 secondes.

Ce gala de boxe de Eye of the Tiger Management était présenté au Holiday Inn de Cuernavaca au Mexique. Un très petit public était admis dans l’enceinte du Holiday Inn.