Bianca Andreescu a tout pour devenir l’une des favorites du public, croit l’entraîneur Simon Larose.

Victoire d'Andreescu: Larose aux premières loges!

TROIS-RIVIÈRES — Parole de Simon Larose, aucune performance dans l’histoire du tennis canadien n’égale ce que Bianca Andreescu est parvenue à accomplir, dimanche soir au tournoi d’Indian Wells en Californie.

L’ex-joueur professionnel, aujourd’hui entraîneur chez Tennis Canada, a suivi le match de la jeune raquette de 18 ans à quelques rangées du terrain, lors de la finale désormais mémorable contre l’Allemande Angelique Kerber.

Le fruit du hasard, puisque Larose se trouvait déjà dans la région, plus précisément à Newport, avec l’une de ses protégées, Carson Branstine, une des bonnes amies d’Andreescu. «Les parents de Bianca étaient pris à Miami et ne pouvaient pas assister à la finale, ils attendaient leur fille à son prochain tournoi! Puisque le moment était important, Bianca voulait qu’on soit là», raconte le Madelinois d’origine, qu’on a pu apercevoir pendant la diffusion du reportage à la télévision.

La Canadienne s’est d’ailleurs jetée dans les bras de son entraîneur, Sylvain Bruneau, dans les secondes suivant la confirmation de son premier titre en carrière. Larose et Branstine étaient tout près. Ils ont vécu ces minutes intensément.

«Quelle belle journée! C’est le plus grand moment de l’histoire du tennis au pays. Gagner un tournoi Masters à 18 ans, il faut le faire! Eugenie Bouchard nous avait procuré de fortes émotions en 2014 en participant à la finale de Wimbledon, malheureusement elle n’avait pas gagné. Dimanche, Bianca a puisé au fond de ses ressources pour aller chercher la victoire contre une joueuse expérimentée. Et avant de battre Kerber, elle avait sorti trois ou quatre filles de l’élite du circuit.»

Simon Larose

La petite Federer

Simon Larose côtoie Andreescu depuis quelques années, au centre d’entraînement de Tennis Canada à Montréal. Bien que Bruneau demeure son entraîneur principal, Larose travaille parfois avec la nouvelle sensation du tennis au pays. «Je l’appelle la petite Fed», sourit Larose, en faisant allusion à Roger Federer.

«Comme Roger, elle peut faire n’importe quoi sur un court: des coups en croisé, des amortis, elle frappe fort, mais elle est aussi capable de frapper en finesse. Elle me fait penser à Simona Halep. Je n’ai jamais vu une autre joueuse chez nous jouer comme elle.»

Chez Tennis Canada, on célèbre bien sûr cette belle et grande victoire. On reste tout de même conscient qu’il y a encore du chemin à parcourir, Andreescu étant très jeune pour le circuit de la WTA. «Ça peut tourner rapidement, sauf que c’est prometteur.»

Est-ce que cette montée soudaine surprend Simon Larose? Oui et non. «Dès l’automne, on savait qu’il se passait quelque chose. Elle ne perdait pas souvent ses matchs. À l’entraînement, elle était imbattable! Les gens parlent du fait qu’elle est passée du 240e rang mondial au 24e en l’espace de quelques mois, mais à 17 ans, elle était juste en haut du top 100. Elle a par la suite subi des blessures avant de revenir plus forte, comme on la connaît en ce moment.»

Si son jeu semble à point, à l’extérieur du terrain, on a compris, dimanche en conférence de presse, que Bianca Andreescu avait la personnalité pour devenir l’une des favorites du public. «Elle est attachante et drôle. C’est une fille vraie, les gens vont l’adopter! Personnellement, je m’entends super bien avec elle.»

Lundi matin, Larose était toujours dans la région d’Indian Wells, près de Los Angeles. Il aidait son ami et collègue Sylvain Bruneau à gérer les dizaines d’entrevues demandées par divers médias. «C’est une vraie tempête! Il se passe de belles choses dans notre tennis actuellement. La montée de Bianca, jumelée à celles de Shapovalov et Auger-Aliassime chez les gars nous permettent de rêver.»

Simon Larose n’accompagne pas Bianca Andreescu au tournoi de Miami. Il a plutôt rendez-vous au Mexique, où Carson Branstine sera en action. «C’est une autre qui pourrait briller dans les prochaines années. On travaille fort pour la développer et lui permettre de vivre des moments magiques comme ceux de Bianca.»