Sebastian Vettel s'attend à une riposte de Lewis Hamilton en Russie, où le tracé est favorable à Mercedes.

Vettel s'attend à une riposte de Mercedes au Grand Prix de Russie

Sebastian Vettel et Ferrari ont l'avantage jusqu'ici en Formule 1. Ils ne s'attendent toutefois pas à ce que ça demeure ainsi contre Lewis Hamilton ce week-end au Grand Prix de Russie.
Les longues lignes droites de Sotchi conviennent à Mercedes, qui a remporté les trois courses présentées sur la piste qui ceinture le Parc olympique.
En vertu de ses deux victoires en trois courses, Vettel devance Hamilton par sept points au classement général, mais il s'attend à une dure lutte contre les pilotes Mercedes dimanche.
«Sur papier, c'est un circuit qui leur est très, très favorable, a expliqué l'Allemand. De nombreuses lignes droites, très avantageuses pour les moteurs puissants, donc nous verrons, mais cette piste est aussi dotée de nombreux virages dans lesquels la voiture (Ferrari) a été très performante l'an dernier.»
Les victoires de Vettel en Australie et au Bahreïn ont déjà refroidi les ardeurs de Mercedes, qui a fait la pluie et le beau temps en F1 au cours des trois dernières saisons. Mais transformer ces premiers coups d'éclat en véritable lutte pour le championnat du monde avec 17 courses à négocier sera une tâche dantesque. 
«Oui, nous avons connu un bon début de saison. Oui, nous sommes très satisfaits. Mais avons-nous atteint un véritable objectif jusqu'ici? Non, a dit Vettel, qui a gagné le titre à quatre reprises avec Red Bull. Nous foncerons, tête baissée, dans cette course.»
Hamilton a mentionné qu'il espérait lancer «une contre-attaque» en Russie, mais a prévenu que la domination historique de Mercedes à Sotchi n'était pas un gage de réussite cette fois-ci. 
«Si nous l'emportons, ce sera mérité, et nous sommes ici pour la mériter (la victoire), a-t-il évoqué. Nous devrons tout simplement pousser la voiture à la limite.»
Hamilton et Vettel ont battu leurs coéquipiers respectifs Valtteri Bottas et Kimi Räikkönen lors des trois premières courses cette saison. Tandis que la course au championnat commence à se clarifier, Bottas et Räikkönen sont confrontés à la possibilité de devoir lever le pied afin d'augmenter les chances de leur coéquipier de décrocher le titre.
Lorsque les coéquipiers chez Mercedes Hamilton et Nico Rosberg étaient les seuls impliqués dans la lutte au championnat du monde l'an dernier, les laisser se battre en piste était moins préoccupant pour l'équipe allemande. En 2017, 
Ferrari et Mercedes sont conscientes que si leurs pilotes luttent entre eux, alors l'autre équipe pourrait en bénéficier.
Räikkönen, un ex-champion du monde qui n'a pas gagné depuis 2013, a dit qu'il aiderait Vettel à obtenir le titre «si c'est le scénario en fin de saison». Vettel a ajouté qu'il est encore trop tôt dans la saison pour parler de directives d'équipe.
Du côté de Mercedes, le contraste est saisissant entre Bottas et Rosberg, qui ne cachait pas l'animosité qu'il entretenait envers Hamilton depuis des années avant de gagner le championnat du monde en 2016 et de se retirer. «Notre travail consiste à amasser le plus de points possible (pour l'équipe). Si on me dit de lever le pied, je le ferai», a expliqué Bottas.