Après 10 des 13 courses de la saison, Louis-Philippe Dumoulin mène toujours le championnat, 14 points devant Alex Tagliani, vainqueur de deux des trois dernières épreuves.

Vers une lutte Dumoulin-Tagliani

TROIS-RIVIÈRES — Tout porte à croire qu’on aura droit à une lutte à deux pour le championnat 2018 de la série NASCAR Pinty’s.

Alex Tagliani a signé une deuxième victoire en trois courses, dimanche sur le circuit du Canadian Tire Motorsport Park en Ontario, pendant que le meneur au classement général Louis-Philippe Dumoulin terminait troisième, derrière Kevin Lacroix.

Il s’agit du premier triomphe de Tagliani à Mosport et de son huitième en carrière dans la série. Plus tard dans la journée, il a conclu la course de camionnettes de la série américaine Camping World en dixième position. Pour Dumoulin, il monte sur le podium pour la septième fois de la saison en Pinty’s.

Son frère Jean-François l’a suivi en quatrième place. Victime d’un autre bris mécanique, Marc-Antoine Camirand n’a complété que 33 des 51 tours de l’épreuve. Il s’est contenté du 25e échelon sur 26 participants.

«On va prendre tous les points d’ici la fin de la saison!» s’est exclamé L.-P. Dumoulin, appelé à dresser un bilan de sa course. «Les conditions étaient difficiles avec le sable, l’eau et le travail laissé sur la piste par les autres séries présentes en fin de semaine. Heureusement qu’on avait de bons pneus en deuxième moitié d’épreuve.»

Le Trifluvien a mené pendant quelques tours et a joué de chance quand la ligne des puits a été fermée immédiatement après son arrivée dans les paddocks, alors qu’on déployait un drapeau jaune. «Un beau cadeau! On a été en mesure de se battre par la suite, notamment avec Lacroix. J’aurais peut-être pu défier Tagliani, mais pour un point de différence au classement, j’ai choisi la prudence.»

Au final, l’avance de Dumoulin a fondu de quelques points, mais pas trop. Le pilote de la voiture 47 de WeatherTech mène le championnat par 14 points (418), devant Tagliani (404). Cole Powell et D.J. Kennington s’éloignent, avec un écart de 31 points. Camirand, pour qui rien ne va depuis le GP3R, a glissé au sixième rang (369 points).

Dumoulin s’était élancé au premier rang, lui qui avait réalisé le chrono le plus rapide des essais libres de samedi. Il n’y a pas eu de séances de qualifications en raison des conditions météorologiques.

Pour une deuxième fois en 14 jours, Marc-Antoine Camirand (à gauche) a critiqué le pilotage de Jean-François Dumoulin, à qui il a dit sa façon de penser après la course de dimanche.

Il reste désormais trois courses au calendrier, toutes disputées sur un circuit ovale. La prochaine escale est prévue le 8 septembre, à l’Autodrome St-Eustache, où l’action ne manque jamais.

«C’est une grosse séquence du calendrier qui s’achève à Mosport, mentionnait Dumoulin. On aura deux semaines pour travailler sur la voiture d’ovale afin d’être compétitif jusqu’à la fin.»

Le torchon brûle
Après avoir enregistré la quatrième performance de la journée, Jean-François Dumoulin a eu droit à une petite visite de Marc-Antoine Camirand au terme des hostilités. Furieux, ce dernier a dit sa façon de penser au pilote 04 au sujet d’un contact survenu entre les deux voitures.

Camirand accusait Dumoulin d’avoir tenté de ruiner sa course. Sa Camaro aux couleurs de GM Paillé a rendu l’âme quelques tours plus tard, conséquence d’une surchauffe de moteur. «Il y a eu un contact avec Kevin Lacroix sur une relance, ce n’était pas grand-chose, mais cela a endommagé le véhicule, assez pour faire surchauffer le moteur. J’ai roulé quelques tours, avant de m’apercevoir que ça ne pouvait pas continuer.»

C’est durant cette séquence que le contact avec la voiture de J.F. Dumoulin est survenu. «J’étais à l’intérieur, j’avais l’avantage et il m’a donné un coup de volant dans la porte! Je ne sais pas pourquoi. C’est pour ça que je suis allé le voir après la course. J’étais fâché, c’est rare que je veuille régler mes comptes, sauf que là, il a dépassé les bornes.»

Le principal concerné dans l’histoire n’était pas impressionné par les agissements de Camirand. «Les roues se sont touchées, c’est vrai, a répondu Dumoulin. Mais je ne l’ai pas sorti de sa course, il ne s’est pas ramassé sur la pelouse, même qu’il a repris l’avantage sur moi! Ça ne valait pas une engueulade. Marc-Antoine m’a promis des choses pour l’an prochain, il a dit qu’il allait me sortir. J’ai vu que son moteur surchauffait. S’il a des problèmes avec son radiateur, il n’a qu’à en acheter un de Spectra Premium!»

«S’il veut jouer à ça, pas de problème», a rétorqué Camirand, qui en est à sa deuxième brouille avec J.-F. Dumoulin en l’espace de 14 jours.

«Je ne suis plus dans la lutte au championnat, ça me dérange moins de jouer du coude. Je suis tanné de me faire piler sur la tête. J’ignore s’il a un rôle de protecteur et si ça fait partie de la stratégie de son équipe, mais c’est ordinaire.»

Ça promet pour le 8 septembre.