Simon Kean devrait faire à nouveau les frais de la grande finale lors du prochain combat à Shawinigan.

Vers un choc Kean-Braidwood à Shawinigan

Shawinigan — Le flirt entre Eye of The Tiger Management et les Cataractes samedi aura une suite. Après le succès enregistré aux guichets – 3500 personnes ont été témoins de la spectaculaire victoire de Simon Kean sur Alexis Santos -, les deux partenaires ont déjà convenu de rebrasser des affaires ensemble d’ici l’automne.

«On a une entente de principe. Tout le monde a apprécié la soirée samedi, et les fans nous ont accordé leur confiance, alors il est logique de prévoir une suite», sourit Roger Lavergne. 

Ce dernier ne veut pas trop entrer dans les détails encore, car il reste bien des ficelles à attacher. Il semble acquis toutefois que ce deuxième gala ne se sera pas programmé avant juin, après le repêchage de la LHJMQ qui se tiendra à Shawinigan. «On met beaucoup d’efforts sur le repêchage, c’est le 50e anniversaire de notre concession et on a promis à la ligue de faire quelque chose d’unique. Il faut y aller une étape à la fois», acquiesce le président des Cataractes.

Ce qui est certain, c’est que Kean fera à nouveau les frais de la grande finale. L’olympien à la fiche parfaite de 13-0 et 12 K.-O. devrait disputer un autre combat ce printemps, probablement dans la métropole. Puis, il sera vraisemblablement de retour dans sa région, face à un rival plus dangereux que Santos. «Le standard a été établi samedi. On va viser en haut de ça, c’est certain. Il est par contre encore trop tôt pour mettre des noms sur la table. On ne veut pas créer de faux espoirs. La seule chose qu’on peut dire, c’est que Simon va monter une autre marche avec nous», confie Lavergne. 

Ce dernier est prudent mais en coulisses, il semble acquis que les deux clients potentiels visés sont Adam Braidwood (11-1, 10 K.-O.) et Mladen Miljas (8-0, 8 K.-O.), le champion canadien. Camille Estephan l’a lui-même évoqué après le gala de samedi soir, faisant écho au vœu exprimé par Kean au micro, sur le ring, après avoir terrassé Santos. 

Or, Estephan n’a pas perdu de temps, il a réactivé les négociations avec Mel Lubovac (la gérante de Braidwood) au cours des dernières heures et pour la première fois en un an, il y a volonté commune de réussir à tout attacher pour donner aux fans de boxe le choc dont ils rêvent. «Les négociations vont bien. Nous sommes près d’une entente. Je suis très confiante qu’on réussisse à régler le dossier», a indiqué au Nouvelliste Lubovac lundi matin, en ajoutant que le scénario idéal est justement de présenter le duel à l’été ou à l’automne. D’ici là, Braidwood aurait droit à une dernière sortie préparatoire en avril. 

«Il y a une interdiction de combats en ce moment à Edmonton. Nous sommes en train de travailler pour la faire annuler. À mon avis, on a 90% de chances pour que ça fonctionne et si ça va comme on le souhaite, Adam va se battre chez nous à la fin avril», mentionne Lubovac. 

«On sera fixé en mars. Si ça ne fonctionne pas, possible qu’on place Adam sur une autre carte ailleurs. On aimerait vraiment le voir se battre une autre fois avant le combat face à Kean.»

Le clan du Trifluvien salive évidemment à l’idée que cette étape soit bientôt coulée dans le béton. «Simon a fermé la trappe à beaucoup de ses détracteurs samedi. Comme boxeur, il a grandi. Ça l’a rendu encore plus prêt pour de plus gros combats. Tant mieux si Braidwood et son équipe sont maintenant prêts de leur côté eux aussi. C’est LE combat que tous veulent voir. Le timing est idéal. On ne se réjouira pas avant que les contrats soient signés mais disons que les dernières nouvelles sont encourageantes», témoignait Jimmy Boisvert, l’entraîneur de Kean.

Grâce à sa victoire, le site internet spécialisé Boxrec place maintenant Kean au 35e rang chez les poids lourds sur la planète, un bond de 18 rang. Braidwood apparaît quant à lui au 70e échelon, tandis que Miljas est classé 54e. Par ailleurs, ce dernier a confié au Nouvelliste être lui aussi intéressé à en découdre avec le poids lourd trifluvien. 

«Je dois soigner une mauvaise blessure en ce moment, je ne peux remonter sur le ring à court terme. Par contre, je vais accepter de me battre avec Kean et lui passer le K.-O quand l’argent et l’offre dans son ensemble seront convenables. C’est moi le champion, pas Kean.»