Au sein d’une équipe très jeune, Jasime Martel, Meredith Bélanger et Sophie Gobeil auront un rôle important à jouer chez les Diablos.

Vent de jeunesse chez les Diablos

TROIS-RIVIÈRES — À l’aube de sa sixième saison à la barre du programme de basketball féminin des Diablos de Trois-Rivières, l’entraîneur Faisal Docter s’apprête à affronter un nouveau défi en première division du réseau collégial de basketball féminin alors qu’il misera sur son alignement le plus jeune, à la suite du départ de nombreuses joueuses au terme de la dernière campagne.

Du lot, Sophie Gobeil sera la seule joueuse de troisième année à endosser le maillot rouge et blanc, appuyée par cinq joueuses de deuxième année. À ce groupe, ce sont donc pas moins de six recrues qui se grefferont au noyau trifluvien. «C’est mon groupe le plus jeune depuis que je suis en poste. On va prendre le temps de bien enseigner pour faire progresser l’équipe. En même temps, il va falloir apprendre à adopter l’éthique de travail nécessaire pour évoluer à ce niveau. Tout le monde a la volonté de travailler fort. Maintenant, il s’agit de mettre cette volonté en pratique», prévient-il.

Parmi les morceaux importants à remplacer, il y aura inévitablement les jumelles Fredlyne et Fredlaine Verrier qui faisaient la loi sous les paniers. Avec une formation beaucoup plus petite, les Diablos devront maintenant se serrer les coudes pour récupérer les rebonds. En revanche, la clé pourrait se trouver ailleurs pour les Rouges. «On est vraiment petites comparativement aux autres équipes. Ça va nous prendre du bon shooting pour gagner des matchs et aussi un effort collectif au rebond.»

Respectivement deuxième et troisième marqueuses la saison passée, Meredith Bélanger (12,3 points/match) et Jasmine Martel (11,6 points/matchs) auront assurément leur mot à dire dans les succès collectifs. «Une grosse partie de l’attaque va reposer sur elles», admet Docter.

L’entraîneur a également de bons mots pour Aminata Diop, qui devrait être prête à prendre des minutes plus importantes cette saison. «Elle a beaucoup progressé. Elle a mis beaucoup d’heures à l’entraînement cet été. Je suis fier de son développement.»

Quant à la contribution des recrues, Docter estime qu’elle pourrait venir de Mia Bleu-Voua, qui arrive des Estacades, et Amélie Collin, originaire de Rimouski qui a joué au Séminaire Saint-François. «On a une belle cohorte de recrutement. Mais ces deux filles-là sont celles qui sont le plus prêtes à contribuer dès cette saison.»

Écartées en quarts de finale le printemps dernier, après une saison de six victoires et huit défaites, les Diablos ont une lourde commande sur les bras au sein d’un circuit où les meilleures équipes ont continué de s’améliorer.

«L’an passé, l’équipe n’a pas été épargnée avec beaucoup de blessures. Cette année, depuis qu’on a formé l’équipe, les filles travaillent bien et elles montrent une chimie incroyable. Ce n’était pas toujours facile à ce niveau l’an passé..», laisse tomber Docter.

Les Diablos lanceront leur saison dimanche, dès 13 h, en recevant la visite des Cougars du Collège Champlain-Lennoxville au gymnase du pavillon des Sciences.