Valérie Limoges a savouré sa deuxième victoire en carrière en Coupe Nissan Micra, sa première au GP3R.

Valérie Limoges gagne au Grand Prix de Trois-Rivières

Trois-Rivières — Dix ans après Simona de Silvestro en Formule Atlantique, Valérie Limoges est devenue la deuxième femme et la première Québécoise en 50 éditions à remporter une course au Grand Prix de Trois-Rivières.

Pilote la plus rapide en piste vendredi au terme des qualifications, Limoges, 36 ans, a été déclarée vainqueure quelques heures après la fin de l'épreuve. 

Initialement, c'est Nicolas Barrette qui avait été sacré champion de cette première de deux manches en Nissan Micra au GP3R. Les officiels l'ont toutefois pénalisé pour un contact avec le Trifluvien Kevin King au 14e tour, dans le coin 1 devant le stade de baseball.

Barrette a donc été décalé jusqu'en quatrième position, derrière King (3e), Marco Signoretti (2e) et Limoges, qui gagnait enfin dans les rues de Trois-Rivières.

«La piste était glissante et dangereuse en raison de la pluie. Avec des pneus slicks [lisses], c'était un gros défi pour tout le monde», relatait Valérie Limoges, croisée plus tard dans l'après-midi, le sourire au visage.

«Je suis contente, car j'étais la plus rapide [vendredi], disons que ça augurait bien! Je suis fière d'être la première Québécoise à gagner ici. De voir mon nom aux côtés de Simona, c'est un bel honneur, car elle gagne sa vie en course automobile.»

Limoges tentera de compléter un doublé lors de la deuxième course du week-end de cette série, dimanche à 11h15.

La malédiction de Kevin King

Décidément, Kevin King n'est pas dû pour gagner au GP3R.

«C'est le seul endroit où je n'ai pas encore de victoire dans le calendrier de la série», faisait remarquer, la mine dépitée, le Trifluvien d'adoption, actuel meneur au championnat de Nissan Micra.

Souvent impliqué dans de chaudes luttes avec Olivier Bédard par le passé, King a cette fois dû en découdre avec Nicolas Barrette, le fils de Michel. Au 14e tour, Nicolas a heurté le derrière de la voiture de King, qui est parti en dérapage. Il était en bonne posture pour célébrer un premier triomphe dans les rues de sa ville.

«Je suis frustré, je roulais peinard en avant et de me faire sortir comme ça, c'est difficile à accepter. En plus, Signoretti, qui est deuxième au championnat, a réussi à retrancher des points à mon avance à cause de ça. Je ne pense pas que j'irai parler à Nicolas...»

Ce dernier avait d'ailleurs mauvaise mine sur le podium, avant que la décision des officiels ne tombe. C'était évident qu'il se sentait mal pour les dommages causés à la course de King. Cependant, certains estiment que King a mis les freins dans le virage numéro 1, ce qui a occasionné le contact de Barrette.

«Il a dit que je n'étais pas rapide, sauf que j'ai enregistré le temps le plus rapide en course. Il n'avait qu'à me dépasser s'il était plus vite que moi», répliquait Kevin King, qui a déjà été coéquipier de Barrette.

Nicolas Barrette était en quête de sa première victoire en Nissan Micra. Pour Limoges, il s'agissait d'un deuxième triomphe. Seule ombre au tableau, elle n'a pu miser sur une cérémonie de podium, les résultats officiels ayant été publiés plus tard dans la journée.

Parmi les autres résultats, Sylvain Ouellet de Louiseville a obtenu une excellente cinquième place. Éric Chaput, Paul Dargis et Marie-Josée Massicotte étaient aussi en piste. Michel Barrette a terminé 12e. Chaput est entré en contact avec Jean-Michel Isabelle dans la ligne droite de l'avenue Gilles-Villeneuve.