Une victoire de l'Allemagne... à la brésilienne!

(Collaboration spéciale) Comme à peu près tout le monde, je n'avais pas prévu un tel dénouement pour cette demi-finale entre le Brésil et l'Allemagne.
Plus que l'absence de Neymar, c'est celle de Thiago Silva qui a fait mal au Brésil. La défensive des Brésiliens n'avait pas de structure et les défenseurs couraient partout, à l'image de David Luiz. Remplacer un attaquant, même de la qualité d'un Neymar, c'est une chose. Réorganiser une défensive pour pallier l'absence de son pivot, ce qu'est Thiago Silva, c'en est une autre.
J'ai aussi été impressionné par la facilité qu'ont eue les Allemands à franchir les différentes lignes brésiliennes, surtout le milieu du terrain. Habituellement, les milieux ralentissent le jeu afin que les défenseurs puissent se positionner efficacement pour défendre leur territoire. Cette fois, les Allemands ont accéléré le jeu au milieu et c'est pourquoi on a souvent vu les arrières brésiliens courir de face vers leur but, pris de vitesse.
Du côté des Allemands, j'ai été impressionné par leur lucidité. Le calme qu'ils ont démontré dans des circonstances qui n'étaient pas ordinaires - demi-finale de la Coupe du monde, sur le terrain des favoris - a démontré qu'ils étaient en plein contrôle. La passe de Lahm dans la surface de réparation sur un des buts allemands laissait entrevoir un grand contrôle de soi.
J'ai aussi été séduit par le jeu de Sami Khedira en milieu de terrain. Il a découpé la défensive brésilienne de belle façon. Il ne m'avait pas vraiment impressionné depuis le début de la compétition, mais aujourd'hui (mardi), il était vraiment dans une classe à part. Le but qu'il a marqué s'est avéré une belle récompense pour sa performance.
Le plus drôle, c'est que les Allemands ont battu les Brésiliens à leur propre jeu, un jeu fait de passes courtes. Pas le Brésil de 2014, mais celui de Pelé, Zico, Socrates et Romario. Le style que le Brésil a historiquement pratiqué.
Cette fois, les joueurs de Scolari se sont entêtés à lancer de longs ballons en avant. Contre l'Allemagne, ils avaient peu de chances de réussir. Il y a bien Oscar qui a marqué sur une séquence du genre en fin de rencontre, mais c'est parce qu'un des arrières avait quitté sa position pour aller participer au pique-nique et que le ballon est arrivé dans l'espace laissé vacant. Neuer (le gardien allemand) avait bien raison d'être de mauvaise humeur sur ce jeu.
Parlant de Neuer, il est vraiment impressionnant. Il a effectué plusieurs gros arrêts en première demie. Il défie constamment les joueurs adverses en restant debout au lieu de plonger. C'est comme s'il disait à ses adversaires: «Vous allez devoir passer le ballon à travers moi pour marquer.»
Chose certaine, la performance de l'Allemagne la place encore plus comme favorite pour la finale. Et ce, peu importe qui de l'Argentine ou des Pays-Bas remportera l'autre demi-finale.
Personnellement, je crois que c'est l'Argentine qui va affronter l'Allemagne. Les Pays-Bas, à mon avis, ont déjà joué leur meilleur soccer. L'Argentine, par contre, peut encore faire mieux. Il y a deux interrogations cependant du côté de l'Argentine. D'abord, l'absence de Di Maria. C'est lui qui profite le plus du marquage effectué sur Lionel Messi. Comment l'Argentine parviendra-t-elle à le remplacer? Peut-être que Gonzalo Higuain constituera la solution. Ce n'est pas son but, très beau techniquement, du dernier match comme son apport dans le jeu durant toute la rencontre face à la Belgique qui laisse entrevoir une belle complicité avec Messi.
L'autre interrogation chez les Argentins, c'est leur gardien de but. Avouons qu'il n'est pas très bon, du moins qu'il n'est pas au niveau des autres gardiens des demi-finales.
Il sera tout de même fort intéressant de regarder ce match, ne serait-ce que pour assister aux exploits de Messi et Arjen Robben, les deux meilleurs attaquants qui ont un jeu qui se ressemble. Je ne dis pas que Robben est aussi bon techniquement que Messi, mais sa vitesse est impressionnante et déstabilisante.
Au delà de toutes ces considérations, on va surtout se souhaiter un meilleur match que ce Brésil-Allemagne!
Propos recueillis par Louis Ménard