Raphaël Gladu.

Une saison pour bâtir une carrière

Les prochains mois pourraient bien être les plus importants de la vie de Raphaël Gladu. Avec une bonne dernière campagne dans la NCAA, il pourrait voir son nom être prononcé l'été prochain lors du repêchage du Baseball majeur.
Le Trifluvien sera de retour avec les Bulldogs de Louisiana Tech pour une deuxième saison dans la division 1 du plus haut niveau de jeu amateur aux États-Unis. L'année dernière, Gladu s'était hissé parmi les meilleurs de la Conference USA au chapitre des statistiques individuelles en début de calendrier et tout augurait pour le mieux quant à ses chances d'être repêché. C'était jusqu'à ce qu'un claquage à une jambe l'envoie sur la liste des blessés.
«Je pense que mes blessures m'ont nui. J'avais connu un gros départ avant de me blesser. Quand je suis revenu, ça ne s'est pas bien déroulé et je m'étais blessé de nouveau. Je ne jouais pas à 100 %», s'est-il rappelé.
Résultat des courses, ses statistiques ont plongé de manière importante, avant de connaître un regain en fin de campagne. Une participation à une qualification régionale des Séries mondiales collégiales n'a pas été suffisante pour lui permettre d'impressionner les recruteurs.
En 2017, Gladu se promet de ne pas penser aux 30 équipes du Baseball majeur, aux professionnels et à la date fatidique du 12 juin. Et ce, même si des recruteurs ont confirmé qu'il était sur leur radar. Ce qu'il veut, c'est gagner. Et les Bulldogs pourraient être à prendre au sérieux cette année.
Estimé par plusieurs experts comme une équipe qui risquait de terminer dernière de sa conférence en 2016, Louisiana Tech avait surpris, flirtant avec le top-25 national.
À un point tel que l'entraîneur Greg Goff s'est dégoté un boulot avec le prestigieux Crimson Tide de l'Université de l'Alabama. Gladu évoluera donc avec un nouvel gérant, Lane Burroughs, davantage près de ses joueurs que ne l'était Goff.
«Le monde l'aime pas mal. L'an dernier, c'était plus difficile, nous n'avions pas de répit. On aimait (Goff) et en même temps on ne l'aimait pas. Il nous parlait moins. Je pense que les joueurs sont plus relax, moins stressés.»
C'est pourquoi Gladu se montre optimiste pour cette nouvelle saison. Déjà, les Bulldogs sont classés top-50 aux États-Unis, et une bonne partie des vétérans de l'équipe est de retour. Gladu, qui évoluera de nouveau comme voltigeur de gauche plutôt qu'à l'avant-champ comme chez les Aigles juniors, pourrait donc profiter d'une meilleure visibilité.
Un plan B
Et si l'appel tant attendu ne venait pas au terme de sa dernière saison universitaire? À l'âge de 22 ans, l'idée de rejoindre la Ligue Can-Am pourrait être une option intéressante, qui a permis par la suite à certains de faire le saut dans le baseball affilié. Les Aigles de Trois-Rivières se sont montrés intéressés.
«Cet hiver, j'ai parlé à René Martin (d.g. des Aigles) et il m'a dit qu'il aimerait m'essayer. Je ne sais pas ce qui arriverait, mais ce serait une option intéressante. Quand je vais revenir à Trois-Rivières, je voudrais faire mon cours d'ostéopathie, donc pendant l'été, je pourrais jouer au baseball.»
Gladu et ses coéquipiers amorceront leur saison vendredi.