Philippe Vachon revient des Jeux du Commonwealth avec une médaille de bronze, un record canadien et deux marques personnelles.

Une première médaille internationale

«Honnêtement, je ne sais pas quoi dire. Je ne me suis jamais senti aussi en vie et aussi fatigué en même temps!»

Tels ont été les premiers commentaires du paranageur Philippe Vachon qui a décroché la première médaille de sa carrière à des Jeux internationaux multisports dimanche, alors qu’il a enlevé le bronze au 200 m quatre nages (SM8) des Jeux du Commonwealth de Gold Coast (Australie).

Le Blainvillois, qui s’entraîne et demeure à Trois-Rivières, qui a stoppé le chrono à 2 minutes 34,03 secondes a été devancé par les Australiens Jesse Aungles (2 min 30,77 s) et Blake Cochrane (2 min 32,72 s).

«La finale s’est très bien déroulée et j’ai fait un record personnel! Je me suis bien battu pour essayer d’avoir la médaille d’argent et je suis resté avec l’Australien (Cochrane) le plus longtemps possible.»

Très ému, le paranageur québécois a pris le temps de remercier ceux et celles qui l’appuient dans sa carrière d’athlète.

Philippe Vachon a enlevé le bronze au 200 m quatre nages (SM8) des Jeux du Commonwealth de Gold Coast (Australie).

«C’est un super moment et cette médaille symbolise toute mon implication dans mon sport. J’essaie de repousser mes limites et je suis reconnaissant de tout le soutien que mes parents m’ont donné pendant tout ce temps.»

Du coup, Vachon a réalisé un nouveau record canadien dans sa catégorie. Il termine ses Jeux avec deux marques personnelles, deux finales, une médaille de bronze et un record canadien!

Son entraîneur chez les Mégophias, Charles Labrie, a suivi l’action qui se déroulait à l’autre bout de la planète. «On avait espoir pour une médaille car Philippe a beaucoup travaillé sur sa brasse. C’est très encourageant en vue des Jeux paralympiques de Tokyo dans deux ans.»

Vachon est atteint de la maladie Charcot-Marie-Tooth, un trouble neurologique qui affecte les nerfs et les extrémités. Il s’agit d’une maladie dégénérative. «Philippe est passé d’un classement S9 à S8, ce qui lui permet de se retrouver en compétition avec des athlètes aux prises avec des problèmes semblables aux siens. C’était plus difficile de nager dans le S9. Ses chances de succès sont plus grandes dans le S8.»

La sélection de Vachon sur l’équipe nationale de paranatation était sa deuxième en carrière. On se souviendra qu’à l’automne 2017, il avait dû faire une croix sur les Mondiaux de paranatation, annulés en raison du séisme de 7,1 sur l’échelle de Richter qui avait paralysé la ville de Mexico. «On avait hâte à cette première médaille internationale. Ça prouve que nous sommes sur la bonne voie», s’enthousiasme Labrie, dont le protégé sera de retour dans les prochains jours.

«Pour lui, avec sa condition, c’est très taxant les voyages et le décalage horaire. Nous allons prendre une pause de deux à trois semaines, avant de reprendre l’entraînement.»