Carl Boulianne et Pierre Champagne, aux extrémités, sont à l'origine de la Classique hivernale Broadway, une course de 10 km dans les rues de Shawinigan. L'activité vise à donner un coup de main financier au fondeur paralympique Yves Bourque. Le resto-pub Le Broadway, et son propriétaire Marc Ménard, accueilleront les coureurs au terme de l'épreuve pour un souper spaghetti.

Une première classique hivernale à Shawinigan

Les amateurs de course hivernale de Shawinigan pourront enfin s'amuser cet hiver. Pour la première fois, une centaine de participants s'élanceront lors d'une épreuve de 10 km qui se tiendra dans les rues de la ville le 15 février prochain. Le tout aura pour but d'amasser des fonds pour le fondeur paralympique Yves Bourque.
Ce projet est né dans la tête des organisateurs du demi-marathon des pompiers, Carl Boulianne et Pierre Champagne, eux qui s'ennuyaient de leurs collègues de course lors des longs mois d'hiver. C'est ainsi que leur est venue l'idée de créer ce qu'ils qualifient de fête de la course. «Nous ne voulions pas que ce soit compétitif, mais que ce soit rassembleur. Il ne fallait donc pas que ce soit un demi-marathon», précise M. Boulianne.
Afin d'assurer une certaine simplicité, les organisateurs ont limité le nombre d'inscriptions à 100. L'épreuve ne sera pas chronométrée, afin d'éviter que le tout devienne trop compétitif.
La ligne de départ-arrivée sera située sur l'avenue Broadway. Les coureurs emprunteront par la suite la promenade du Saint-Maurice afin de se rendre jusqu'au site d'Espace Shawinigan, avant d'effectuer un demi-tour et revenir sur leurs pas. Ils devront compléter cette boucle deux fois dans le but d'atteindre la marque des 10 km.
Afin d'amasser le plus d'argent possible, les participants auront aussi droit à un souper spaghetti qui aura lieu à la micro-brasserie Le Broadway Pub, le tout en collaboration avec la Boulangerie Tous les jours dimanche, la Boucherie Nobert et Marcotte Alimentation.
Un coup de main financier
Les deux organisateurs comptent faire de cette course une activité annuelle qui visera à récolter des fonds pour des oeuvres de charité. C'est le fondeur Yves Bourque qui en sera le premier bénéficiaire, lui qui s'envolera pour les Jeux paralympiques de Sotchi le 1er mars. «Je trouve ça extraordinaire, a lancé l'athlète de 48 ans. Une fois que je suis sur l'équipe nationale, mes dépenses, tel l'avion, c'est le Canada qui en défraie les coûts. Mais c'est la préparation et la participation à des championnats qui sont dispendieux. J'ai arrêté de compter après quatre ans d'entraînement.»
L'idée de parrainer le skieur est venue à la suite d'une rencontre avec Carl Boulianne lors d'une course à Bécancour. Ce dernier dit avoir été subjugué par la ténacité et l'accessibilité de Bourque. «Lorsque je pense à Yves, je n'ai plus de défaite pour ne pas aller courir. C'est un modèle qui devrait être imité», a-t-il souligné.
Le fondeur dit d'ailleurs constater une différence dans l'attitude des gens autour de lui. «Il y a de plus en plus un effet d'engouement. Les gens voient que malgré mon handicap, mon âge et mon travail à temps plein, je suis capable de me qualifier pour les Olympiques. Ça leur donne envie de faire quelque chose et de se lancer leur propre défi», mentionne celui qui espère terminer parmi les 15 premiers à Sotchi.