La dernière fois où ils ont eu accès à un choix top 10, les Cataractes avaient mis la main sur Dennis Yan, qui a marqué 111 buts en trois saisons.

«Une position dangereuse»

TROIS-RIVIÈRES — Les Cataractes vont ajouter le dernier morceau de leur casse-tête en vue de la saison 2018-19 jeudi matin lors de la séance de repêchage des joueurs européens, qui se déroule simultanément pour les trois ligues juniors au pays.

Techniquement, les Shawiniganais peuvent espérer ramasser un joueur vedette, puisqu’ils détiennent le quatrième choix au total. Mais ce repêchage est unique. Les joueurs européens ont bien des options à leur disposition, et ce n’est pas toujours le talent qui dicte les décisions des équipes. «Repêcher dans le top 10, c’est une position dangereuse. Tu as accès à des joueurs de grand talent, mais ça ne veut pas dire qu’ils vont se présenter. Tu regardes ces dernières années les résultats, et certains qui ont essayé le coup de circuit ont frappé dans le beurre! Il n’y a rien d’automatique à ce repêchage», prévient-il.

C’est un travail de longue haleine, faire traverser l’océan à ses jeunes surdoués. Un peu de poker aussi avec les agents, qui ont parfois des ententes sous la table avec des clubs positionnés plus loin dans l’ordre de sélection. Mondou dit avoir planché activement sur deux dossiers ces dernières semaines, et il a bon espoir d’en réclamer un jeudi.

«Il y a deux joueurs qui nous intéressent vraiment, et on pense qu’ils seront disponibles quand nous allons prendre la parole», explique Mondou, qui ne veut pas dévoiler davantage ses plans, question de ne pas perdre un avantage stratégique. Il ne veut pas non plus dire si ces deux joueurs ciblés ont déjà accepté de venir à Shawinigan. «Tout ce que je peux dire, c’est que notre choix est fait.»

Nouveauté cette année, les équipes de la LCH pourront à nouveau réclamer des gardiens, une option disparue depuis quelques saisons. «Je pense que c’est une bonne décision. La position de gardien est importante dans une équipe, elle peut permettre à certaines formations d’être très compétitives. Et puis, si un club aligne un gardien européen, c’est un défenseur euro ou un attaquant euro de moins dans la formation. Il n’y a pas moins de place pour les Canadiens.»

Mondou aimerait bien aussi que les équipes puissent échanger leurs choix européens, ce qui est interdit depuis quelques années. «Il n’y a pas consensus à l’heure actuelle à ce sujet mais les discussions reviennent périodiquement. Moi, je suis pour les transactions, et je donne toujours l’exemple des Huskies qui avaient obtenu des choix de 2e et 3e rondes pour se reculer dans une transaction avec les Remparts. Ces derniers avaient pu réclamer Mikhail Grigorenko comme ils le souhaitaient, et les Huskies avaient mis la main sur Sven Andrighetto en plus des deux choix. Voilà une transaction qui avait aidé les Huskies à être compétitifs...»