Les Draveurs ont gagné quatre des six affrontements face au Cool FM cette saison.

Une occasion à saisir

Trois-Rivières — Coincés depuis le début de la saison au dernier rang du classement général, les Draveurs ont une belle occasion de se placer en position de s’y extirper ce vendredi au Colisée de Trois-Rivières.

Les hommes d’Alain Côté reçoivent en effet la visite du Cool FM de Saint-Georges-de-Beauce, l’équipe qu’ils pourchassent. Quatre points séparent les deux équipes à la veille de leur dernier duel.

Les Draveurs abordent certainement ce match avec confiance. Ils ont gagné quatre des six affrontements entre les deux équipes depuis le début de la saison, et ils ont remporté leur dernier match. De plus, cet affrontement est disputé à domicile, où Alain Côté profite du dernier changement, devant des gradins qui sont un peu plus remplis depuis quelques parties.

Le robuste Maxime Sanon sera intégré dans l’alignement vendredi. Sanon pourrait voir plus d’action d’ici la fin de la saison, puisque son équipe, le Climatisation Cloutier de Cap-de-la-Madeleine dans le senior AAA, a été éliminée le week-end dernier. En plus de Sanon, Anthony Verret et le directeur général Fabien Cloutier s’amènent eux aussi en renfort en provenance du Climatisaton Cloutier. Dubé donnera un coup de pouce à Alain Côté et Danick Lessard aux opérations hockey, tout en agissant comme consultant en marketing dans les bureaux de l’équipe.

«On voit beaucoup de positif depuis quelque temps autour de l’équipe et les gars sont très motivés. Les dernières semaines furent un tremplin. Maintenant, il faut continuer à avancer et pour y arriver, ça prend une victoire vendredi», analysait Côté. «Les joueurs sont parfaitement au courant de l’importance du match face à Saint-Georges-de-Beauce. Il tombe au moment où nous avons pris du rythme. Ça va être intéressant.»

Les Draveurs vont tout faire pour ne pas terminer derniers. Dans le format spécial des séries de la LNAH, les deux moins pires équipes qui vont tomber au premier tour auront le privilège de disputer ensuite un match suicide où le vainqueur accédera quand même au deuxième tour. «L’équipe qui est sixième, c’est impossible d’avoir ce luxe. Voilà pourquoi nous sommes tous sur la même longueur d’onde, on veut remonter», propose Côté.