Christophe Proulx (à l’avant) et Samuel Frigon sont les champions défendants du Marathon du Michigan en canot long parcours.

Une occasion à saisir

TROIS-RIVIÈRES — Christophe Proulx ne laisse personne indifférent quand il débarque à Grayling, au Michigan.

Le canotier de Shawinigan se plaît à dire qu’il est plus populaire dans cet État américain que dans sa propre cour, pendant la Classique internationale de canots de la Mauricie!

«C’est vrai! J’arrive ici et on me prête un camion. Au restaurant, je ne paie pas souvent l’addition. J’adore revenir ici, année après année.»

Ce n’est pas un hasard si Proulx retient autant l’attention des habitants du coin. Il s’apprête à prendre le départ du AuSable River Canoe Marathon, la deuxième étape de la Triple couronne de canot long parcours en Amérique du Nord, la dernière étant notre Classique.

Si Proulx n’a encore jamais eu la chance de savourer l’extase de la victoire chez lui, il revendique deux victoires au Michigan. En fait, il est monté sur la première marche du podium au cours des deux dernières éditions: en 2016 avec Ryan Halstead, l’année suivante aux côtés de Samuel Frigon, avec qui il revient pour la course de 2018, samedi soir. C’est sans compter les deux fois où il a terminé deuxième.

«J’ai encore le record pour l’adolescent le plus rapide durant le marathon. Je pense que c’est pour toutes ces raisons que les gens réagissent comme ça quand ils me voient arriver. C’est flatteur, mais en même temps, je dois me concentrer sur la course.»

Andrew Triebold et Steve Lajoie sont de retour au Michigan, après quelques années d’absence. On les voit ici à la fin de la deuxième étape de la Classique, en août 2014.

Comme à Cooperstown à la fin du mois de mai, Proulx et Frigon devront en découdre avec le dangereux – et pratiquement invincible – tandem formé de Steve Lajoie et Andrew Triebold. Les deux vieux routiers ont gagné Cooperstown, devant un certain Serge Corbin qui était alors accompagné de Guillaume Blais. Proulx et Frigon avaient dû se contenter de la quatrième place, un bon résultat dans des circonstances difficiles, les deux étant incommodés par un virus.

Corbin n’y sera malheureusement pas au Michigan, mais les deux jeunes loups, eux, ont l’intention de brouiller les cartes, d’autant plus que Proulx ne participera pas à la Classique, Championnat canadien de canoë-kayak oblige. «On ne sait pas s’il y aura une autre occasion de défier Andy et Steve. C’est l’une des meilleures équipes de l’histoire du canot marathon et on les a déjà chauffés. Si on peut leur donner un challenge, nous serons satisfaits.»

Le retour du duo Lajoie-Triebold, absent ces dernières années, fait beaucoup jaser au Michigan cette semaine, note Christophe Proulx. «Il y a un gros buzz pour eux, sauf qu’on a remarqué que plusieurs personnes aiment aussi les canotiers un peu sous-estimés! Disons que nous sommes sous-estimés face à eux en ce moment, même si j’ai gagné les deux dernières éditions.»

Un système de projections mis en place par un membre du Temple de la renommée de la course du Michigan suggère que Proulx et Frigon concluront l’épreuve dimanche, en deuxième place, derrière Lajoie et Triebold. Malgré la méthode scientifique adoptée pour en venir à de telles prévisions, Proulx ne s’émeut pas davantage de cette publication, partagée sur les réseaux sociaux cette semaine.

«J’ai gagné deux fois et je n’étais pas le favori! On verra comment ça se déroule dans la nuit de samedi à dimanche.»

Du temps frais est attendu pour l’occasion sur la rivière AuSable. Les canotiers rejoindront la ville d’Oscoda, à l’embouchure du lac Huron, où les vainqueurs de l’édition 2018 seront célébrés.

Proulx, Frigon et Blais ne seront pas les seuls athlètes de la région présents aux États-Unis. Vincent Bellemare, Jimmy Pellerin, Anthony Massicotte, Jérémie Fortin, René Joly, Antoine Rouleau, Rosalie Frigon, Dominic Paquin, Daniel St-Arnaud, Serge Pagé, Zachary Greffard et Louis-Simon Pruneau seront tous de la partie.