Stéphanie Roy n’a laissé aucun doute sur sa supériorité à la course à pied.

«Une machine de guerre»

TROIS-RIVIÈRES — Après Cozumel et Raleigh, Stéphanie Roy a épinglé le Maryland à son tableau de chasse en fin de semaine.

La Trifluvienne a mérité sa troisième victoire en carrière chez les pros, en terminant les trois épreuves au menu en 4h15:31.

C’est encore une fois grâce à la course à pied si elle s’est démarquée. Quatrième après la nage, septième après le vélo, elle s’est montrée impériale sur ses deux jambes, bouclant le parcours de 21.1 kilomètres en 1h18.

Cette performance est encore plus exceptionnelle, dans la mesure où c’était son deuxième Ironman 70.3 en sept jours! Elle avait obtenu une troisième position à Raleigh, avant de se pointer à Cambridge.

«C’est encore une fois la course à pied qui m’a permis de l’emporter. C’est commun à chacune de mes victoires», sourit la jeune femme. «Cette victoire a une saveur particulière, parce que j’ai bien réussi à gérer mon vélo. C’est arrivé quelques fois dans le passé de me laisser déconcentrer quand des filles me dépassaient. Cette fois, j’ai gardé mes énergies pour me coller au plan, et ce fut payant», racontait-elle.

Roy n’est pas la plus techno des athlètes. Elle fait son vélo sans regarder sa puissance, se contentant de sa vitesse et de son compteur de kilomètres. À la course à pied, pas de montre GPS non plus. «J’y vais au feeling, surtout à la course. Je sais que je vais rattraper les filles, si je les vois. J’ai encore des choses à améliorer. En natation, deux filles m’ont dépassé et je n’ai pas été capable de m’accrocher à leurs pieds comme je le souhaitais. En vélo, certaines filles m’ont dépassé plus rapidement que prévu. Mais bon, je pense qu’on s’en va dans la bonne direction!»

C’est pas mal le constat aussi de son entraîneur Pascal Dufresne, épaté par cette deuxième grosse performance en sept jours. «C’était un des objectifs de la saison, réussir à coller deux épreuves avec succès. Ce n’est pas évident comme préparation, il n’y a pas de livre qui donne la recette précise pour y arriver! À la lumière des résultats,


«  C’était un des objectifs de la saison, réussir à coller deux épreuves avec succès. Ce n’est pas évident comme préparation, il n’y a pas de livre qui donne la recette précise pour y arriver! À la lumière des résultats, je pense qu’on peut se dire que le plan n’était pas trop mal! »
Pascal Dufresne

je pense qu’on peut se dire que le plan n’était pas trop mal! Stéphanie a été très impressionnante. Son temps à la course à pied, c’est le deuxième meilleur enregistré cette journée-là, en incluant les gars qui sont des pros et qui gagnent très bien leur vie avec ça! Le terme ‘machine de guerre’ n’est pas trop fort quand on parle de Stéphanie Roy! Cette fille-là a un brillant avenir devant elle…»