Les filles de soccer des Patriotes joueront pour l’avantage du terrain en demi-finale, la semaine prochaine.

Une longue disette prend fin

TROIS-RIVIÈRES — C’est confirmé, l’équipe féminine de soccer des Patriotes sera de retour en séries éliminatoires de la ligue universitaire d’automne, 21 ans après sa dernière participation au carré d’as.

Grâce aux buts de Magali Gravel sur coup de pied de coin et Stéphanie Bouchard, choisie joueuse du match, les Patriotes ont vaincu les Gaiters de Bishop’s 2-0, dimanche au Stade Gilles-Doucet du Séminaire Saint-Joseph. Avec cinq arrêts, la gardienne Gabrielle Lambert a obtenu le blanchissage.

Il reste encore deux matchs à la saison des filles (6-1-5), qui occupent le troisième rang du classement et dont l’objectif consistera à améliorer cette position d’ici la fin du calendrier. Les Trifluviennes n’accusent qu’un point de retard sur le Rouge et Or de l’Université Laval (24 contre 23). Les deux équipes doivent d’ailleurs en découdre dimanche prochain, à Trois-Rivières, en conclusion de la campagne 2018. D’ici là, l’UQTR devra aussi disputer la victoire au Vert et Or, vendredi sur le campus de l’Université de Sherbrooke.

«Les séries, c’était notre but du début de l’année. Maintenant, on vise une place au championnat canadien à Ottawa», affirme sans détour l’entraîneur Durnick Jean, heureux et soulagé d’avoir mis un terme à une horrible séquence d’insuccès en soccer féminin à l’UQTR. Tout ça dès sa deuxième saison à titre d’entraîneur-chef. La dernière présence d’une équipe des Patriotes dans un tournoi national de soccer remonte à 2012, avec les garçons alors dirigés par Pierre Clermont.

«On va tout faire pour aller chercher deux gros résultats afin d’avoir l’avantage du terrain pour la demi-finale.»

Par ailleurs, la séquence de blanchissages en temps réglementaire des Carabins de l’Université de Montréal a pris fin ce week-end, avec deux matchs nuls au cours desquels les adversaires ont été en mesure d’inscrire quatre buts contre elles. Les Carabins, qui sont les championnes canadiennes, ont réussi un exploit peu commun en n’accordant aucun but en temps régulier en un an. Elles trônent au sommet du classement, quatre points devant Laval, cinq devant l’UQTR.