Jade Wilson fait présentement sa marque dans le monde du karting québécois.

Une jeune fille qui aime aller vite

TROIS-RIVIÈRES — «Mais non papa, ça ne va pas si vite que ça.»

C’est en ces mots que Jade Wilson, une jeune fille de 10 ans qui fait présentement écarquiller bien des yeux dans le monde du karting québécois, a spontanément interpellé son père lorsque celui-ci a indiqué au représentant du Nouvelliste que l’engin que pilote sa fille peut atteindre une vitesse de pointe de 84 km/h. Il faut dire que malgré qu’elle ne compte qu’une saison complète derrière la cravate, la jeune Trifluvienne semble déjà très à l’aise au volant d’un kart. Elle a en effet conclu la saison 2019 en remportant le championnat dans la catégorie cadet du circuit de l’Association des pilotes de karting loisir du Québec (APKLQ) et en terminant sixième au classement général de la coupe de Montréal de karting, à laquelle participent les plus importants clubs de la province. On lui a également décerné le trophée Robert-Foteas, remis annuellement à un jeune pilote de la relève. Un beau palmarès pour une jeune fille qui s’est assise dans un kart de location pour la première fois il y a environ un an.

Mais qu’est-ce qui peut bien motiver une jeune de son âge à s’intéresser à un sport aussi marginal?

«Le parrain de ma sœur est un champion de karting. Je voulais essayer depuis longtemps. Mon grand-père habite près de la piste à Pointe-du-Lac et il m’a amené essayer et j’ai vraiment aimé ça. Il m’a acheté un kart le Noël suivant. Je suis entrée dans le magasin avec lui et je ne connaissais rien du tout», raconte-t-elle avec aplomb.

En plus du modèle qu’est le parrain de sa jeune sœur et le cadeau de son grand-père, Jade ompte également sur l’aide précieuse de son père dans cette aventure. Il faut dire que ce dernier s’y connaît quelque peu en la matière. S’étant lui-même adonné au karting alors qu’il était adolescent, Sébastien Wilson a également passé de nombreux week-ends dans les puits des circuits de course du Québec et d’ailleurs au pays à titre de mécanicien dans les équipes de certains pilotes trifluviens en Formule 1600 dans le passé. Jusqu’à tout récemment, il se tenait loin de ce monde qui l’avait fait tant vibrer. Mais le récent intérêt pour son aînée pour le pilotage de bolide l’a ramené dans le feu de l’action. Team Jade Wilson, c’est une histoire de famille!

Le père de famille se défend cependant d’avoir mis de la pression sur sa fille afin qu’elle suive ses traces.

«Au contraire, c’est moi qui dois la retenir des fois», lance-t-il.

Impliquée à tous les niveaux

On s’en doute, faire du karting coûte beaucoup plus cher que pratiquer un sport plus conventionnel. Pour la dernière saison, le budget de Team Jade Wilson a été d’environ 8000 $. Certaines équipes faisant partie des grands clubs de la province consacrent plus de 25 000 $ pour prendre part à une dizaine de courses par été. Jade et ses proches ont donc dû convaincre des commanditaires de les aider dans leur aventure. Malgré son jeune âge, la jeune fille a été très impliquée dans les démarches de sollicitation.

«Dans les rencontres, c’est elle qui parle. Je fais les approches et je prends les rendez-vous, mais c’est elle qui tente de convaincre les gens de la suivre», explique son père. En tout, une douzaine d’entreprises ont répondu positivement.

«Ça représente environ la moitié de notre budget», poursuit-il.

Une athlète complète

En plus du karting, Jade s’adonne au hockey à un niveau compétitif comme gardienne de but. Elle s’aligne en effet cette saison avec l’équipe M12 majeur du programme des Broncos de l’école secondaire La Découverte, qui évolue dans la Ligue de hockey préparatoire scolaire.