Habituellement habile dans le maniement de rondelle, Carey Price a commis un revirement en remettant le disque directement à l’adversaire alors qu’il s’était aventuré hors de son demi-cercle.

Une gaffe de trop

Carey Price n’a peut-être commis qu’une seule erreur, mercredi soir, mais elle était de calibre mondial.

Sa Sainteté est rapidement passée de héros à zéro lors du match contre l’Avalanche alors qu’il a complètement freiné l’élan de ses coéquipiers qui avaient bâti une avance de 1-0 grâce à un bel effort collectif.

Coupable d’un astronomique total de 24 revirements à son dernier match contre les Bruins, le Tricolore surfait cette fois sur un sans-faute dans cette catégorie névralgique après tout près de 25 minutes. C’est à ce moment que Price a gaffé. Et pas à peu près.

Habituellement habile dans le maniement de rondelle, le 31 a commis un revirement en remettant le disque directement à l’adversaire alors qu’il s’était aventuré hors de son demi-cercle. Et comme il n’a pas fait les choses à moitié sur la séquence, c’est le duo de l’heure dans la Ligue nationale de hockey qui attendait de cueillir le fruit mûr. De Price à MacKinnon qui a aussitôt repéré Rantanen dans l’enclave. Le tour était joué et la marque était nivelée à 1-1.

La séquence n’a peut-être pas fourni le but gagnant, mais elle a complètement chamboulé le cours du match.

Pour Price, la bévue est venue ternir un effort spectaculaire de sa part en première période. Dès les premiers instants, l’homme masqué du Tricolore avait dû se surpasser pour voler Matt Calvert et Matt Nieto à la porte des buts. Sans ces deux larcins, le match aurait déjà pu être réglé.

De plus, cette crampe au cerveau est survenue à un bien mauvais moment pour le Bleu-blanc-rouge. À la période précédente, la terrible sécheresse en avantage numérique avait pris fin. Après 25 tentatives infructueuses, le Canadien a enfin trouvé le fond du filet. Le secret: un jeu de base composé d’un tir de la pointe de Jeff Petry dévié par Brendan Gallagher.

Malgré le résultat, le Canadien peut bâtir sur cet effort avant son duel face aux Coyotes de l’Arizona, jeudi. Les retrouvailles s’annoncent intéressantes avec un certain Alex Galchenyuk, pour qui le changement d’air n’est pas trop salutaire jusqu’à maintenant. Au moins, Chucky peut se consoler en se disant qu’il n’a pas à pelleter, sous les chauds rayons de Glendale...