Près de 2500 spectateurs ont assisté au match des Patriotes de l’UQTR vendredi, dans le cadre d’une soirée organisée par la Fondation Le Prix du Gros. Les Patriotes ont signé une victoire de 8-1.

Une foule en délire au Colisée

Trois-Rivières — C’est le cas de le dire, les Patriotes de l’UQTR avaient de la pression vendredi, alors que 2475 sièges du Colisée de Trois-Rivières étaient occupés par une foule en délire, dans le cadre d’une soirée organisée par la Fondation Le Prix du Gros. Les Pats n’ont d’ailleurs pas manqué d’en mettre plein la vue dès le début de la rencontre en comptant trois buts en première période, de quoi assurer l’ambiance pour le reste du match.

En effet, toutes les équipes mineures pratiquant un sport amateur étaient invitées par la Fondation Le Prix du Gros à venir assister gratuitement au match des Patriotes, qui affrontaient le Varsity Blues de Toronto, en échange d’un chèque de 350 $ qui était remis aux équipes pour les remercier de leur présence. Histoire de couronner une soirée parfaite, les Patriotes l’ont emporté 8-1.

Alors que les Pats ont l’habitude d’évoluer devant des foules d’à peine 1000 spectateurs, c’était une tout autre réalité qui les attendait vendredi, gracieuseté de la Fondation.

«Avec cet événement, on voulait évidemment rassembler les jeunes, mais on voulait aussi s’assurer que les Patriotes aient droit à au moins un match à guichets fermés cette année. De notre côté, nos 2000 places ont été comblées à 100 %», précise la gestionnaire de la Fondation le Prix du Gros, Gabrielle Ebacher.

Avec en mains des foulards à l’effigie des Patriotes, les jeunes sportifs n’ont pas manqué d’encourager leur équipe tout au long de la partie. Plusieurs d’entre eux assistaient à un match de hockey universitaire pour la première fois.

Ce qui n’était toutefois pas le cas pour les partisans des Patriotes qui n’auraient manqué pour rien au monde cet événement de grande envergure. «Ça me rappelle les bonnes années des Draveurs. C’est intéressant de voir autant de gens au Colisée et c’est de valeur que ce ne soit pas comme ça aussi souvent», avoue Jean-François Marchand, un fidèle amateur.

Un clin d’oeil au footbal

Du côté de la Fondation du Prix du Gros, on ne cache pas que cet événement qui a su rassembler des milliers de spectateurs aurait pu être similaire à ce que l’entreprise aurait aimé faire si l’UQTR avait fait le choix de ramener le football universitaire à Trois-Rivières.

«Au départ, on voulait créer un événement du genre pour le football universitaire. C’est exactement la même formule que l’on aurait aimé faire si le football universitaire était revenu à Trois-Rivières. C’est en quelque sorte pour nous une manière de montrer qu’on est capable de rassembler une grosse foule pour assister à des matchs de sports universitaires», mentionne Gabrielle Ebacher.

Rappelons qu’en 2015, la direction de l’UQTR a dit non au projet du retour du football universitaire à Trois-Rivières, alors que l’entreprise Le Prix du Gros s’était engagée à acheter 3675 billets par match lors des trois premières saisons, soit le chiffre nécessaire afin de permettre à la formation d’écrire son bilan à l’encre noire et de ramener une équipe universitaire dans la région.

Même si le projet semble mis aux oubliettes du côté de la Fondation du Prix du Gros depuis un an, l’espoir est encore présent de voir leur souhait se réaliser éventuellement.

«Aux dernières nouvelles, l’administration avait tiré la plug sur le projet, mais est-ce qu’un événement comme ce soir peut faire en sorte que les cartes se remanient? On le souhaite évidemment et si ça revenait sur la table, peut-être qu’on pourrait dire oui», soutient Gabrielle Ebacher.

Trifluviens et Torontois remettront ça samedi, dès 15 h au Colisée.