Protégé de Jimmy Boisvert, Jordan Balmir livrera sa première finale montréalaise, le 24 mars, à la Tohu, dans un gala de Rixa Promotions.

Une finale pour Balmir à Montréal

Trois-Rivières — Jordan Balmir a du mal à tenir en place ces jours-ci. Le protégé de Jimmy Boisvert au club Performance jubile depuis qu’il a appris qu’il ferait les frais de la finale d’un gala présenté le 24 mars à la Tohu de Montréal.

Pour l’occasion, le Drummondvillois de 24 ans au dossier immaculé (8-0, 5 K.-O.) se frottera au vétéran de 33 ans Frank Cotroni jr (12-9-1. 6 K.-O.), en clôture d’un gala de Rixa Promotions. «C’est très emballant! Je me suis battu en sous-carte de sous-carte et là, je ferai la finale. Je ne m’attendais pas à ça tout de suite», sourit Balmir, vantant au passage les mérites de son père et gérant, Serge, pour avoir déniché ce défi.

«J’ai la chance d’être très bien entouré. Mon père gère bien la business. On a une bonne entente avec Rixa et j’ai l’habitude de livrer des combats dont les gens se souviennent. Tout le monde y trouve son compte.»

Jordan Balmir a signé une victoire en demi-teinte, le 10 février à Shawinigan, face au Mexicain Uriel Hernandez.

Cependant, à sa plus récente sortie entre les câbles, le 10 février au Centre Gervais Auto, «Django» était resté sur son appétit avec une victoire en demi-teinte face au Mexicain Uriel Hernandez. Cette victoire par décision unanime n’avait rien à voir avec les performances spectaculaires auxquelles il est habitué depuis ses débuts professionnels.

Il faut savoir que Balmir avait été grandement affaibli par un virus dans les jours précédant le combat, ce qui l’avait forcé à revoir son plan de match, en sous-carte du gala Kean-Santos. «Je ne pouvais pas me permettre d’y aller à fond et épuiser mes énergies d’un seul coup. On a choisi d’y aller round par round. Ce n’était pas le combat le plus excitant, mais les gens ne s’en rappelleront plus après ma finale contre Cotroni!», promet-il.

Une salle comble?
Face à Cotroni jr, petit-fils d’un ancien haut placé de la mafia montréalaise, Balmir s’attend à une rude bagarre. Et il aimerait qu’elle se déroule devant une salle comble à la Tohu. «Je pense que cette salle n’a jamais été sold out pour la boxe. Nous sommes deux bons vendeurs alors je ne suis pas inquiet qu’on va réussir à remplir la Tohu. Ça serait une belle fierté!»

Cotroni jr a livré ses deux derniers combats en Jamaïque, en mai et juin 2017, où il a empoché une victoire en plus de subir une défaite. Au cours des dernières années, le Mascouchois s’est notamment incliné devant Paul Bzdel dans un combat pour le titre canadien des poids moyens, en octobre 2016. Un an plus tôt, en novembre 2015, il avait aussi subi la défaite par K.-O. devant le Sorelois Kevin Théroux. «Je n’ai aucune idée comment ça va se passer avec lui. Mais peu importe, car je m’adapte très bien. Ça ne m’énerve pas d’affronter mon meilleur défi en carrière, car j’ai l’habitude de bien performer sous pression.»