Raphaël Saint-Pierre a coiffé non pas une, mais bien deux fois l’humoriste Michel Barrette qui s’avère être une de ses idoles. Quoi demander de mieux pour cette fin de semaine mémorable?
Raphaël Saint-Pierre a coiffé non pas une, mais bien deux fois l’humoriste Michel Barrette qui s’avère être une de ses idoles. Quoi demander de mieux pour cette fin de semaine mémorable?

Une fin de semaine de rêve pour le pilote Raphaël Saint-Pierre

Michaël Fréchette
Le Nouvelliste
TROIS-RIVIÈRES — Le jeune pilote originaire de Bécancour, Raphaël Saint-Pierre, a connu une fin de semaine de rêve digne d’un scénario de film hollywoodien les 25 et 26 juillet. Pour l’occasion, il en était à ses premiers pas en Coupe Nissan Micra au prestigieux circuit de Mont-Tremblant. Ça lui a permis de croiser le fer avec son humoriste favori, Michel Barrette.

«Quelle expérience, Raphaël a terminé 16e sur 22 concurrents lors des deux courses et les deux fois, il a lutté avec son humoriste préféré, Michel Barette, le devançant à chaque reprise. Il y avait 21 autres coureurs et la vie a fait qu’il a été nez à nez avec lui! Avoir écrit un scénario, je n’aurais pas été en mesure de mieux faire», a admis à la rigolade le père du pilote, Gino Saint-Pierre.

Décidément, il devra y avoir un synopsis sur cette histoire, puisqu’en plus d’avoir transmis la passion de la course automobile à son fiston, le père occupe le rôle de mécanicien à chacune de ses apparitions sur les circuits, ce qui ne manque pas d’ajouter à la beauté de ce parcours.

Raphaël, 19 ans, a été diagnostiqué avec le trouble du spectre de l’autisme.

La passion des courses automobiles unit Raphaël et Gino Saint-Pierre. D’ailleurs, le paternel accompagne son fiston à chacune de ses apparitions sur la piste en tant que mécanicien.

«Le but ultime est de s’amuser. Il n’y a pas d’espérance de se rendre dans le professionnel, puisque c’est impossible aujourd’hui si tu n’as pas des millions de dollars. À la fin de chaque course, je demande à Raphaël s’il y a eu du plaisir et c’est la seule chose qui prime. Malgré que je dois admettre que j’accorde, de plus, une certaine importance à ce que l’auto demeure en un seul morceau», a-t-il ajouté, une fois de plus à la blague.

Raphaël poursuit son train-train quotidien, lui qui possède désormais son permis de conduire. Il a également une petite copine et il est toujours sur les bancs d’école, bref l’avenir s’annonce radieux pour le jeune homme, ce qui ne manque pas de combler de fierté son paternel. Il ne suffit que d’entendre le son vibrant de la voix de Gino afin de comprendre tout ce phénomène et cette relation privilégiée entre papa et fiston.

«Il s’agissait de sa plus grosse course en carrière. C’était une première pour lui dans un véhicule automobile autre qu’un kart. Je suis tellement fier.»

Raphaël Saint-Pierre pilote depuis maintenant cinq années. Il a notamment signé plusieurs victoires en karting DD2, lui permettant de faire ce saut et de graduer en série Nissan Micra.

«Une de ses forces est qu’il est continuellement dans sa bulle, ce qui l’aide à rester concentré, peu importe ce qu’il arrive. Tant que les tours ne sont pas terminés, malgré des accrochages ou d’autres péripéties, il ne lève pas le pied et poursuit sa route», toujours selon le père de famille qui a tenu à souligner l’appui de son commanditaire Escaliers Gilles Grenier, qui a un grand rôle à jouer dans ces expériences d’une vie pour Raphaël.

Le jeune pilote devrait être de retour sur la piste d’ici la fin du mois de septembre.