Le sport fait partie de la vie Morand. On reconnaît sur la photo Daryck, 8 ans, Maryka, 5 ans, Kevin, 10 ans, Brian, 13 ans, avec Myla le chien, Jamy, 12 ans, Peggy Bertrand, Jany-Rose, 3 ans, Mario Morand et Michaël, 17 ans.

Une famille amoureuse du sport

TROIS-RIVIÈRES — Chez les Morand, le sport est un véritable mode de vie. Il n’est pas rare de voir Mario Morand et sa conjointe Peggy Bertrand dans les estrades d’un aréna, d’un terrain de baseball ou encore de football en train d’encourager un de leurs sept enfants.

Les cinq premiers enfants de cette famille de Trois-Rivières sont tous des garçons. Ce petit «boys club», composé de Michaël, Brian, Jamy, Kevin et Daryck, a dû attendre le sixième enfant de leurs parents avant d’accueillir Maryka, leur première soeur. Depuis, Jany-Rose, une petite surprise, a complété la fratrie des sept enfants âgés maintenant de 3 et 17 ans.

C’est indéniable, le quotidien de cette famille de Trois-Rivières est un feu roulant. Certains week-ends «un peu intenses», avoue Mario Morand, les deux chefs de la famille doivent se rendre à des tournois qui ont lieu, bien entendu, dans des villes différentes. Comme cette année pour la Saint-Valentin…

Entraîneur de l’équipe de midget A de son fils Michaël, Mario Morand était en tournoi à Sherbrooke. Sa conjointe logeait également à l’hôtel, mais à des centaines de kilomètres de là.

«Elle était à Baie-Saint-Paul avec Brian qui était aussi en tournoi. Il joue bantam A. On arrive à se séparer les gros week-ends comme ça», mentionne M. Morand. «Et on s’est séparé le reste de la gang.»

Le sport fait partie de la vie des Morand. On reconnaît sur la photo Daryck, 8 ans, Maryka, 5 ans, Kevin, 10 ans, Brian, 13 ans, avec Myla le chien, Jamy, 12 ans, Peggy Bertrand, Jany-Rose, 3 ans, Mario Morandet Michaël 17ans.

L’été, les jeunes sont aussi actifs. Il y a quelques mois, trois jeunes étaient inscrits au baseball mineur. «Presque tous les jours, on était sur les terrains», avoue le père, qui joue de son côté dans une ligue de balle donnée.

Lui-même passionné de sports, Mario Morand a transmis cette passion à ces enfants. «C’est moi qui les ai mis là-dedans. J’ai toujours tripé sur les sports. Les cinq garçons ont tous joué au hockey et trois jouent encore. Les autres font autre chose. […] Ils ont décidé qu’ils voulaient faire du ski cette année. Et les filles de leur côté font de la gymnastique», soutient celui qui a toujours été impliqué auprès des équipes de ses enfants.

«J’ai presque toujours coaché. Et je suis directeur novice à Saint-Louis-de-France depuis plusieurs années.»

L’organisation est la clé de la réussite pour respecter les horaires de pratiques et de matchs de tout le monde, mentionne Mario Morand. Cela signifie pouvoir, comme toutes les familles, s’arranger avec d’autres parents pour certains transports. «On ne peut pas être partout en même temps, c’est certain», fait-il valoir. «On s’organise bien. […] Mais on n’a pas beaucoup de temps libre. [...] Heureusement que mon travail de courtier immobilier me permet d’organiser mon horaire. La fin de semaine, je fais souvent des visites entre 2 matchs de hockey.»

Si Mario Morand et Peggy Bertrand font autant de sacrifice et s’ils allouent une bonne partie de leur temps aux sports des enfants, c’est qu’ils souhaitent leur permettre de se réaliser. La taille de la famille ne doit pas être un frein à cette volonté. «Ce n’est pas parce qu’on a plusieurs enfants qu’on va les priver de faire leurs expériences», dit-il.

Après toutes ces années passées sur la glace comme joueurs, Michaël et Brian ont une bonne connaissance du jeu. Si bien qu’ils arbitrent des matchs de hockey mineur. Âgé de 17 ans, l’aîné peut même se rendre à ses matchs en voiture, ce qui donne une pause bien méritée à ses parents. Et même amener avec lui son frère lorsqu’ils travaillent ensemble.