Lazaro Blanco n'a rien donné aux Aigles pendant six manches, mais les choses se sont gâtées par la suite.

Une faille dans la perfection de Blanco

Après avoir vainement essayé pendant six manches de percer le mur de perfection érigé par Lazaro Blanco, les Aigles de Trois-Rivières sont parvenus à le faire à compter de la septième, jeudi au Stade Canac, pour vaincre les Capitales de Québec 6-4 en ouverture d'une longue série de quatre matchs.
Le droitier cubain filait pourtant vers un match parfait. Après six manches, il avait retiré les 18 frappeurs à l'affronter. Il a accordé un premier coup sûr en septième quand les visiteurs ont inscrit un premier point en tableau grâce à un simple de Connor Crane. La suite allait être plus difficile pour Blanco (6-3).
Les Aigles, qui l'emportaient une deuxième fois de suite contre les Capitales après huit défaites consécutives, l'ont sorti de sa zone de confort, en huitième, en enchaînant les coups sûrs contre lui et le releveur Miles Moeller pour ajouter cinq points et prendre les devants par 6-3. 
«C'est plate pour lui, il lançait un match parfait après six manches et tout s'est écroulé ensuite. Il n'y a pas grand-chose qu'il pouvait faire, ç'a été le genre de manche où tout fonctionnait pour l'adversaire. Ils ont été bons et chanceux. On peut dire qu'ils nous ont volé le match dans le sens où c'était le nôtre avant la huitième», admettait le gérant Patrick Scalabrini.
Glaude sonne le glas
À son retour dans l'abri, Blanco avait finalement donné cinq points, dont quatre mérités, sur six coups sûrs. Il avait passé huit rivaux dans la mitaine auparavant.
«Ç'a été difficile contre Blanco, on n'avait quasiment pas d'attaque après six, mais on a finalement réussi à faire des ajustements au bâton. La concentration des gars m'a impressionné. Ça commence bien une série, mais on n'est pas dans une position pour dire qu'une victoire est plus importante qu'une autre, elles le sont toutes», soulignait le gérant des Aigles, T.J. Stanton.
Un coup sûr en flèche au champ gauche de David Glaude avec les buts remplis a sonné le glas de Blanco dans cette huitième manche à sens unique. L'ancien des Capitales a frappé plusieurs balles fausses avant de pousser deux coéquipiers au marbre et de créer l'égalité 3-3. En relève, Moeller a cédé un point sur une feinte illégale avant de voir Javier Herrera y aller d'un long double au champ droit pour donner une avance de trois points aux siens.
«Je voulais frapper la balle dans les airs pour éviter le double-jeu. À deux prises, je voulais juste placer la balle en jeu. Il s'agit de notre deuxième victoire contre Québec, ça fait du bien», notait Glaude, auteur de deux des 10 coups sûrs des Aigles.
Une première pour Lahera
À part le circuit en solo en troisième manche de James McOwen, qui a connu son deuxième match de suite de trois coups sûrs, les Capitales avaient joué de la bonne petite balle pour prendre une option de 3-0 à mi-parcours. Un roulant à l'avant-champ de Yurisbel Gracial en première et un ballon-sacrifice de Jordan Lennerton en cinquième avaient produit les deux autres points avant que Marcus Knecht n'y aille à son tour d'un ballon-sacrifice en huitième pour faire 6-4.
C'est le releveur cubain Miguel Lahera (1-2) qui a hérité de la victoire, sa première dans la Ligue Can-Am. Nick Sarianides a obtenu son sixième sauvetage. Avant eux, l'ex-Capitales Matthew Rusch avait quitté en retard 3-0 après six manches au terme d'une bonne sortie.
La série se poursuit toute la fin de semaine au Stade Canac. Le deuxième match est prévu vendredi et marquera le retour du partant gaucher Brett Lee. Son opposant sera le gaucher Pat Peterson. Ce sera une sorte de reprise du 27 juin où les deux lanceurs s'étaient affrontés.