Steve Turcotte
La sélection de Marco Rossi il y a deux ans aurait pu changer bien des choses chez les Cataractes.
La sélection de Marco Rossi il y a deux ans aurait pu changer bien des choses chez les Cataractes.

Une décision qui peut tout changer

TROIS-RIVIÈRES — En 2008, les Voltigeurs de Drummondville ont réalisé un coup de circuit au repêchage européen, qui les a menés au premier championnat de leur histoire 10 mois plus tard.

Dmitry Kulikov n’a pas levé la coupe du Président à lui seul au printemps 2009, on s’entend. Mais sa présence à la ligne bleue a totalement changé le champ arrière des Rouges, qui ont eu le dessus par un petit but en grande finale face aux Cataractes. Vous soustrayez Kulikov de l’équation, et les chances sont grandes que l’identité de l’équipe gagnante change automatiquement…

Les Cataractes doivent réussir un coup semblable mardi au repêchage européen. Ce n’est jamais une mince tâche de repêcher, puis d’amener un joueur de la trempe de Kulikov en Amérique du Nord. Bien souvent, ces surdoués sont sous contrat dans leur pays. Ou leur agent travaille en coulisses pour brouiller les pistes, afin de les parachuter dans l’environnement qu’il souhaite. Les récalcitrants au repêchage midget, c’est de la petite bière en comparaison avec le poker de l’encan européen! Les contacts, les moyens financiers et la taille du marché sont des facteurs importants dans l’opération, bien plus que l’évaluation du talent.

Postés au 20e échelon, les Cataractes ne sont pas en vilaine position pour tirer leur épingle du jeu. Surtout que quelques équipes devant vont passer leur tour, satisfaites des joueurs européens sur leur liste.

Le directeur-gérant Martin Mondou sait que l’occasion est parfaite pour améliorer son noyau. Les pertes dans le cycle précédent d’Anthony Beauvillier, Samuel Girard, Simon Benoît et Brandon Gignac se font encore sentir à Shawinigan. Mondou a moins de munitions à sa disposition que ses principaux rivaux pour magasiner du renfort. L’exercice de mardi devient donc encore plus important.

Idéalement, les Cataractes trouveraient une façon d’enrôler un défenseur numéro un, à la Kulikov. La brigade shawiniganaise est profonde, talentueuse en bas âge. Mais il n’y a pas de ténor à maturité. C’est le principal trou de l’équipe… mais c’est probablement le profil le plus dur à dénicher au repêchage européen.

Si Mondou ne met pas la main sur la perle rare pour tonifier son groupe de défenseurs, alors il faudra dénicher un ailier de premier plan pour fortifier son attaque. Pas un projet. Un top gun, capable de supporter Vasily Ponomarev sur le deuxième trio de l’équipe. Sur ce terrain, les candidats sont plus nombreux. Reste à voir s’ils veulent venir à Shawinigan…

L’exemple Rossi

Il y a deux ans, Marco Rossi aurait pu aboutir en Mauricie. Mondou était tombé en amour avec lui six mois plus tôt, il a tout fait pour qu’il devienne un Cataractes. Son agent a toutefois fermé la porte. Il était clair qu’une entente avait été conclue avec une autre formation…

Mondou a quand même failli prendre une chance et le repêcher. Il parlait au quatrième rang. Rossi était encore disponible. Le communiqué de presse était prêt! Finalement, il a choisi Valentin Nussbaumer, qui était prêt à s’engager.

Nussbaumer était bien coté lui aussi. Ça aurait pu bien virer. Malheureusement, il n’a jamais rempli les attentes. Et l’hiver dernier, il a même décidé de rester chez lui après le championnat du monde junior plutôt que d’honorer son contrat.

Pour sa part, Rossi est devenu une vedette dans la OHL. Plus d’un point par match à sa saison recrue… puis 120 l’an dernier, ce qui en a fait le meilleur marqueur des trois ligues canadiennes! Il sera un choix de premier tour au prochain repêchage de la LNH, peu importe quand il se tiendra!

Imaginez un Rossi, à 19 ans, au sein des Bourque, Bourgault, Ponomarev et Beaudoin. Lourds dégâts assurés! Bon, Rossi n’est plus disponible depuis longtemps. Il jouera à nouveau sous les ordres d’André Tourigny à Ottawa l’an prochain, ou encore dans la LNH.

Chez les Cataractes, il faut repérer un autre joueur de cette trempe, et l’enrôler. Un ailier, ou un défenseur. Peu importe son âge.

Un tel ajout ferait des Cataractes une équipe top 5, peut-être même top 3 lorsque les barrières vont s’ouvrir pour la prochaine saison de la LHJMQ, pile sur l’objectif de l’équipe. Ça ferait aussi un morceau de moins à ajouter à la dernière période de transactions aux Fêtes, ce qui est essentiel pour une équipe au porte-monnaie loin d’être garni, qui vise les grands honneurs au cours des deux prochaines saisons.