Simon Benoît devait jouer le rôle de grand frère au sein de la brigade défensive des Cataractes. Il amorcera plutôt son parcours professionnel à San Diego, où niche le club-école des Ducks d’Anaheim dans la Ligue américaine.

Une croix sur Simon Benoit

SHAWINIGAN — Simon Benoît s’ajoute à la liste des joueurs des Cataractes qui ont décroché une promotion plus rapide qu’anticipée chez les pros.

Débarqué à titre d’invité au camp des Ducks d’Anaheim, Benoît a assez impressionné l’état-major de l’équipe pour parapher mardi un contrat de la Ligue américaine.

C’est le cinquième joueur en deux ans que le directeur-gérant Martin Mondou voit filer entre ses doigts, au profit des échelons supérieurs. À l’aube de la saison 2016-17, Anthony Beauvillier s’était fait une niche avec les Islanders de New York à 19 ans, pendant que Gabriel Gagné amorçait son parcours professionnel dans l’organisation des Sénateurs à 20 ans. Puis, à pareille date l’an dernier, c’était au tour de Samuel Girard et Brandon Gignac de quitter prématurément.

Tous ces départs ont évidemment affecté le rendement de l’équipe. L’absence de Benoît se fera également sentir. Il devait être le général de la jeune défensive de l’équipe. «Tous ces départs démontrent que nous devons bien faire les choses en ce qui concerne le développement de nos joueurs», philosophait Mondou. «Je suis content pour Simon. Il n’a rien volé, il a forcé la main des Ducks. Tant mieux pour lui. Mais pour nous, soudainement il y a un gros trou à notre ligne bleue.»

Le statut des joueurs de 20 ans est toujours incertain dans la LHJMQ. Ils ont plus d’options à leur disposition. Avec les mauvaises surprises du passé, Mondou a tendu l’oreille aux propositions sur le marché des transactions aux Fêtes l’an dernier, sans arriver toutefois à dénicher une offre qui avait du sens à ses yeux. «Est-ce qu’il faudrait toujours liquider nos joueurs de 19 ans, de peur qu’ils ne reviennent pas? Il y avait un risque en le gardant, on était prêt à le prendre car on donnait beaucoup de valeur à sa présence pour nous aider à élever les jeunes. Dans une équipe, ça te prend de bons vétérans pour encadrer tes jeunes», fait valoir Mondou. «Les Ducks ont été très respectueux, ils nous ont expliqué leur plan. Il n’est pas question de East Coast League pour Simon. C’est la Ligue américaine ou un retour dans le junior. On verra ce qui va se produire, mais on ne lui souhaite que du bien. Simon partait de loin, il a beaucoup cheminé chez nous. C’est un bel exemple pour nos joueurs.»

Il y a donc soudainement un casier de 20 ans disponible dans le vestiaire shawiniganais. Mondou est intéressé à le combler, mais pas avec n’importe qui. «On m’a offert deux joueurs au cours des 48 dernières heures mais ils ne cadraient pas dans nos besoins. Faire entrer un 20 ans pour un 20 ans, c’est non. On aime mieux tant qu’à ça donner encore plus de millage à nos jeunes. Mais si l’occasion se présente d’ajouter un vétéran en mesure de nous aider à faire grandir notre noyau, nous étudierons la situation avec beaucoup d’intérêt.»

À Baie-Comeau
Les Cataractes vont disputer un troisième match et déjà, ils sont amochés. Blessés samedi, Jérémy Martin, Jérémy Manseau et Olivier Desroches ne seront pas en mesure d’affronter le Drakkar à Baie-Comeau. Martin et Manseau pourraient revenir dès le prochain week-end, mais Desroches en a pour plus longtemps à fréquenter le thérapeuthe Kyle Sutton.

Dans les trois cas, il s’agit de blessure au haut du corps. William Veillette, joueur offensif de la dernière semaine dans la Ligue midget AAA, a été rappelé en renfort.

Renaud dit avoir fait un retour avec ses hommes sur le dernier match, où l’Armada a utilisé la carte de la robustesse et de l’intimidation pour sortir de Shawinigan avec les deux points à l’enjeu. On en a parlé, c’est sûr. Cette expérience va nous faire grandir comme équipe.»

«On avait disputé une bonne première période, nos statistiques démontrent un écart de 9-2 au chapitre des chances de marquer dans les 20 premières minutes. Malheureusement, nous n’en avons pas assez profité.»