Avec sa plus récente performance en Hongrie, les yeux de Laurence Vincent-Lapointe sont plus que jamais tournés vers les Jeux olympiques de Tokyo.

Une course qui vaut de l'or... et un record!

L'équipe canadienne de canoë-kayak s'est illustrée dimanche lors de la deuxième des trois Coupes du monde de vitesse, à Szeged, en Hongrie. Laurence Vincent-Lapointe, de Trois-Rivières, a remporté l'or au C-1 200 m et a mis la main sur l'argent au C-2 500 m avec sa partenaire Katie Vincent.
De leur côté, Anne-Sophie Lavoie-Parent, aussi une Trifluvienne membre du Club de canoë-kayak de Trois-Rivières, et Nadya Crossman-Serb ont fini deuxièmes au C-2 200 m.
Double médaillée
En finale du C-1 200 m, Vincent-Lapointe a été la première à rallier la ligne d'arrivée, obtenant un temps de 45,842 secondes et fracassant du même coup le record du monde sur la distance. Elle a été plus rapide que la Hongroise Kincso Devecseriné Takacs (46,157 s) et que sa grande rivale, l'Ontarienne Katie Vincent (46,295 s).
«J'étais passée à 45,9 secondes aux essais nationaux, mais le record du monde n'avait pas été enregistré puisque ce n'était pas dans une compétition internationale. Je suis donc très contente d'avoir enfin réussi à inscrire une nouvelle marque mondiale!» a mentionné la Trifluvienne.
C'est à sa partenaire de C2 500 m, Katie Vincent, qu'appartenait l'ancien record du monde, un temps de 46,2 secondes établi en 2016.
Au C-2 500 m, Vincent-Lapointe et Vincent ont stoppé leur chrono à 1 min 58,696 s, bon pour le deuxième rang de la finale A. Les Hongroises Kincso Devecseriné et Takacs Virag Balla (1 min 57,242 s) sont premières et les Russes Irina Andreeva et Olesia Romasenko (1 min 59,688 s) troisièmes.
«Je pense que ça démontre que nous avons beaucoup de potentiel pour remporter cette course. Je crois que notre entraîneur va travailler avec nous pour améliorer notre C-2», a expliqué Laurence Vincent-Lapointe.
Également sur la ligne de départ du C-2 500 m, Anne-Sophie Lavoie-Parent et Nadya Crossman-Serb (2 min 6,096 s) ont été les sixièmes à rallier l'arrivée.
Vers Tokyo
Avec le canoë féminin qui fera ses débuts au programme olympique des Jeux de 2020 à Tokyo, le regard de Laurence Vincent-Lapointe est plus que jamais tourné vers cet événement.
«Maintenant que l'inclusion du canoë féminin est plus ou moins officielle, mon objectif est définitivement de devenir la première championne olympique dans ma discipline. Je vais donc tout donner durant les quatre prochaines années pour avoir une chance de réaliser mon rêve!»
«Pour cet été, je vise une participation aux mondiaux avec comme but de récupérer mon titre de championne du monde. Il y a aussi de très fortes chances que je prenne part au C-2 500 m à cette compétition, donc je vais travailler fort pour faire une bonne performance», a-t-elle ajouté.
Lavoie-Parent solide
Anne-Sophie Lavoie-Parent, de Trois-Rivières, et Nadya Crossman-Serb ont terminé leur finale du C-2 200 m en 44,946 s, ce qui leur a permis de récolter l'argent. Les Brésiliennes Andrea Santos De Oliveira et Angela Aparecida Elias Da Silva (44,061 s) ont gagné l'or alors que les Russes Daria Kharchenko et Aliia Almakaeva (45,099 s) ont fini troisièmes.
Langlois septième en K-2
La Québécoise Andréanne Langlois et Michelle Russell, de Fall River, ont terminé septièmes de la finale A du K-2 500 m. L'olympienne Langlois a aussi fini deuxième de la finale B du K-1 200 m alors que Russell a terminé cinquième. 
En finale B du K-4 500 m féminin, le quatuor de kayakistes formé de Lissa Bissonnette (Sherbrooke), Courtney Stott (Pickering), Alanna Bray-Lougheed (Oakville) et Natalie Davison (Ottawa) a fini deuxième.
À cette même épreuve, mais en finale B masculine, Ryan Cochrane (Lac-Beauport), Pierre-Luc Poulin (Lac-Beauport), Marshall Hughes (Waverley) et Maxence Beauchesne (Trois-Rivières) pointent en sixième place.
L'équipe canadienne se dirigera vers la Serbie pour la troisième étape de la Coupe du monde, dès vendredi.