Cette résidence servira de bulle aux Cataractes au cours des prochains mois.
Cette résidence servira de bulle aux Cataractes au cours des prochains mois.

Une bulle pour les Cataractes

Steve Turcotte
Steve Turcotte
Le Nouvelliste
Shawinigan — Les Cataractes ont pris les grands moyens pour tenter de minimiser au maximum les risques associés à la COVID-19.

Les joueurs qui vont se rapporter à Ron Choules dimanche pour le camp d’entraînement vont emménager à l’intérieur d’une grosse bulle plutôt que d’être installés dans des familles de pension.

À la recherche d’un concept semblable depuis le début de l’été, le directeur-gérant Martin Mondou avait approché des hôtels, sans succès. Mais la semaine dernière, il est tombé sur une ancienne résidence pour personnes en déficience intellectuelle libre depuis un bon bout de temps. Les propriétaires de l’équipe ont accepté d’investir une somme importante pour l’acquérir afin de matérialiser le projet. «L’implication des propriétaires va au-delà de l’argent», mentionne Mondou, fier d’être entouré de partenaires aussi proactifs. «Plusieurs sont des hommes d’affaires qui oeuvrent dans le secteur de la construction. Or en plus de l’achat, il fallait procéder au plus vite à des travaux pour pouvoir accueillir convenablement nos joueurs. Depuis une semaine, ça vire comme c’est pas possible à la résidence mais l’objectif sera atteint. Il restera ensuite quelques travaux pour terminer le travail. C’est beau de voir tout le monde mettre la main à la pâte.»

La résidence dispose de 24 chambres, en plus d’un logis de deux chambres où Choules va s’établir. Un gardien sera appelé à veiller sur l’endroit. «Cette saison, tous les joueurs auront leur chambre, avec une table de travail à l’intérieur. Il y a aussi trois grands salons, une salle d’études et une grande salle à manger. Personne ne se pilera donc sur les pieds, d’autant plus que nous avons aussi un très grand terrain à notre disposition où il y a actuellement un terrain de volley-ball. Honnêtement, c’est le genre d’endroit qu’on cherchait depuis un bon bout de temps. On aurait aimé juste le découvrir un peu plus rapidement», sourit Mondou.

Comme les joueurs feront l’école à distance lors de la première session, un aussi vaste terrain de jeu sera très utile. «Ils vont passer beaucoup de temps à la résidence, alors c’était important de trouver un environnement adéquat. Ce concept amène ça, en plus d’une protection additionnelle contre la COVID. On peut penser aussi que ça va favoriser l’esprit d’équipe. Je pense qu’on tire le maximum d’une situation qui n’est pas évidente pour personne.»

Le directeur général a bien sûr une pensée pour les familles de pension, des alliées de l’organisation depuis des lunes. «La situation actuelle faisait en sorte que nous devions mettre de côté certaines familles, et ça nous déchirait le cœur. C’est pour ça que nous avons commencé à explorer le concept d’une bulle. Parce que nous avons trouvé un site adéquat, nous allons de l’avant avec le projet», explique Mondou, qui ne veut pas trop s’avancer sur la possibilité de garder cette bulle après la pandémie. «Nous serons prudents à ce sujet. Attendons de voir comment ça va se passer cette saison. C’est sûr que les prochains mois serviront de test.»

Une pause pour Denis

Par ailleurs, le camp des Cataractes va s’ouvrir sans capitaine. Le vétéran de 20 ans Gabriel Denis a avisé les Cataractes au cours des dernières heures qu’il s’accordait une pause du hockey.

Il y aura donc trois vétérans de 20 ans au camp, soit Leon Denny, Kirill Nizhnikov et William Cummings.