Deux anciens porte-couleurs des Estacades de Trois-Rivières ont croisé le fer, mardi au Centre Bell. L’attaquant du Canadien Phillip Danault a d’ailleurs eu raison du gardien des Panthers Samuel Montembeault, en troisième période, pour inscrire son 12e but de la saison.

Une belle fierté pour les Estacades

CHRONIQUE / Tous les amateurs de hockey qui se demandent pourquoi les Panthers sont incapables de s’élever parmi les meilleures formations de la LNH, malgré tout le talent qui leur sort par les oreilles, ont eu droit à une réponse sans équivoque, mardi. Des trous dans la défensive, il y en a partout!

En pleine lutte pour sa survie, le Canadien n’a eu aucun mal à tirer profit de la situation pour éclipser ses rivaux de la Floride qui tirent de la patte. Deux énormes points qui rétrécissent l’écart à trois points entre la Caroline (91), Montréal (90) et Columbus (88). Ça se jouera jusqu’au photo-finish!

Les défenseurs des Panthers n’ont d’ailleurs rien fait pour faciliter le baptême montréalais du gardien de Bécancour, Samuel Montembeault. Retiré après avoir accordé deux buts sur quatre tirs la veille, à Toronto, Monty est venu en relève à James Reimer pour donner ses premiers coups de patin au Centre Bell dans la meilleure ligue au monde.

Les Estacades de Trois-Rivières avaient de quoi être fiers en voyant leur ancien homme masqué être envoyé dans la mêlée. Cette fierté était même double puisqu’on retrouvait dans le camp tricolore un autre ex, l’attaquant Phillip Danault.

Les affrontements entre anciens des Estacades sont plutôt rares dans le circuit Bettman. Il fallait remonter au mois d’avril 2017 pour retrouver un duel de la sorte, entre Danault et Michaël Bournival. Danault a rendu la chose encore plus unique en marquant même un filet aux dépens de Montembeault.

Évidemment que le natif de Sainte-Gertrude aurait préféré un meilleur scénario. Le problème, c’est que son vis-à-vis, Carey Price, est dans une classe à part depuis un mois. Il a accordé deux buts ou moins dans 14 de ses 18 derniers matchs.

Sur une note moins joviale, cette victoire facile laissera des traces. Paul Byron a été sonné par MacKenzie Weegar lors d’un combat à sens unique. Voulez-vous bien me dire pourquoi le 41 s’est senti obligé de répondre de ses actes plus tôt cette saison? Sa sentence, il l’avait déjà purgée dans les gradins. À part Don Cherry, y a-t-il beaucoup de gens qui croient que c’était la décision appropriée? En pleine course aux séries, et considérant la polyvalence de Byron, on peut penser que la direction du Canadien retient son souffle.