Une vingtaine d’équipes ont participé à la 4e édition du Challenge Blanc. Sur la photo, on voit l’équipage Team BT, composé de Joey Bouliane et Éric Tremblay, à leur arrivée après la première étape.

Un week-end d’aventure réussi

La Tuque — Une vingtaine d’équipages ont affronté le territoire de la Haute-Mauricie avec leur motoneige lors du dernier week-end à l’occasion du Challenge Blanc. La 4e édition du rallye de navigation hors-piste, présentée à La Tuque, a été couronnée de succès.

«Le taux de satisfaction était très élevé. Les participants ont beaucoup apprécié le parcours», a lancé d’entrée de jeu l’organisateur de l’événement Patrick Trahan.

Le Challenge Blanc n’est pas une course, il n’y a aucun chronomètre, c’est plutôt la distance parcourue qui détermine les vainqueurs. Les équipes doivent parcourir le territoire en hors-piste à l’aide d’un roadbook. Une soixantaine de motoneigistes ont tenté de relever le défi échelonné sur deux jours. «J’avais fait un tracé assez difficile, mais je pensais qu’il l’était plus. Je vais devoir le mettre encore plus dur la prochaine fois», avoue l’organisateur.

Les concurrents avaient près de 400 kilomètres à affronter lors de la première étape et aux alentours de 170 kilomètres lors de la deuxième.

«Certaines équipes n’ont pas réussi à compléter l’aventure, mais c’est correct. Si tout le monde la complétait, ce serait un mauvais parcours. Ce serait trop facile», avoue Patrick Trahan.

Il y a eu des bris d’équipements, des sorties de pistes, mais aucun incident majeur sur les pistes pour ternir cette compétition à l’esprit amical. Parmi les concurrents, on retrouvait l’acteur Guillaume Lemay-Thivierge. Son équipe a finalement terminé au cinquième rang. La victoire est allée du côté de l’équipage Team extreme 2.0, de Ian Côté et Steve Genest. Ces derniers avaient également remporté l’épreuve l’an dernier.

Pour la première fois, l’organisateur a pu suivre les participants du haut des airs. «On a pu contrôler la course de haut avec l’hélicoptère d’un bénévole. C’est très impressionnant», a-t-il lancé.

Il faut dire que Dame nature a été plus clémente que l’an dernier pour les participants, malgré le froid intense de samedi. Il faut dire qu’il en fallait peu pour battre la pluie de la dernière édition.

«C’est définitivement mieux. Il y avait de la belle neige ! Ce n’était peut-être pas la température idéale parce que samedi il y avait un vent digne de la Russie. C’était glacial. Par contre, vendredi c’était une journée quasiment parfaite», a noté l’organisateur.

Le promoteur prendra les prochaines semaines pour effectuer le bilan Patrick Trahan n’a pas voulu confirmer officiellement la tenue d’une cinquième édition, mais il a laissé entendre qu’il y avait de fortes chances.

«Je ne prends jamais de décision avant deux ou trois semaines après l’événement. Ç’a super bien été, mais je vais analyser tout ça avant. Il y a 95% des chances qu’il y ait une autre édition. Cinq, c’est un beau chiffre. Ce serait plate d’arrêter ça à quatre», a-t-il conclu.