Julio Pablo Martinez, troisième à partir de la droite, avait effectué un arrêt au Stade Stéréo Plus l'an dernier lors de la tournée cubaine. Il y effectuera un retour cet été, dans l'uniforme des Aigles.

Un troisième Cubain chez les Aigles

Il devait aboutir à Québec, c'est plutôt à Trois-Rivières que Julio Pablo Martinez poursuivra sa carrière au baseball.
L'équipe nationale de Cuba est arrivée samedi, en Mauricie, pour préparer son camp d'entraînement en vue d'une série de plusieurs parties contre les équipes de la Ligue Can-Am. On retrouvait dans l'avion le jeune Martinez, né en 1996 et qui incarne, selon Baseball America, l'un des beaux espoirs de l'île.
Le voltigeur, un frappeur gaucher, était du premier voyage de l'équipe cubaine en Amérique du Nord, à pareille date l'an dernier.
Il avait frappé trois coups sûrs en 12 apparitions au bâton contre les lanceurs des Aigles, en plus de marquer un point et de soutirer trois buts sur balles. En 19 parties face aux six équipes du circuit Wolff, il avait cumulé 16 retraits sur des prises et affiché une moyenne au bâton de ,231.
À l'époque, Martinez figurait parmi les plus jeunes joueurs de la sélection pilotée par Roger Machado, de retour à son poste en 2017.
Martinez et Luis Robert attiraient beaucoup l'attention des recruteurs au Stade Stéréo Plus et dans les autres parcs de la ligue. Depuis, Robert a fait défection durant l'hiver avant d'accepter une offre alléchante des White Sox de Chicago, il y a quelques jours. Son contrat comprend un boni de signature de 26 millions $ et les White Sox voient, en lui, le futur de leur organisation.
Pour revenir à Martinez, il a frappé pour ,324 en 2016 avec les équipes de Guantanamo et Camaguey en Série nationale cubaine, tout ça en 55 parties. Il compte aussi à sa fiche 24 buts volés et six circuits.
Les observateurs le décrivent comme un athlète polyvalent doté d'une bonne puissance et de vitesse. Il est toutefois souvent retiré sur trois prises.
À l'origine, Martinez aurait dû rejoindre ses compatriotes Blanco, Gracial et Manduley du côté de Québec. Le gérant Patrick Scalabrini n'a cependant pas pu se résoudre à libérer un de ses 22 joueurs pour faire de la place au jeune Martinez.
«J'aurais aimé l'avoir, mais je n'ai pas de place pour lui et je ne suis pas prêt à mettre quelqu'un dehors pour lui en faire une», a dit Scalabrini, en entrevue au Soleil en fin de semaine.
«Je sais que les dirigeants cubains l'aiment beaucoup, il est dans le même moule que [Roel] Santos, frappe premier, vole des buts, etc.» relevait l'entraîneur, un peu plus tôt cette année.
Roel Santos, dont parle Scalabrini, a frappé pour ,301 avec les Capitales en 2016. Il évolue maintenant au Japon.
C'est donc avec Miguel Lahera et Alexander Ayala, les deux Cubains engagés par les Aigles, que Martinez continuera son développement.
Il sera intéressant de voir où le gérant T.J. Stanton l'utilisera, mais son arrivée chambardera assurément l'alignement des Oiseaux.
La liste des joueurs comprend en ce moment 24 porte-couleurs, si on inclut Martinez et le lanceur dominicain Angel Rincon, que l'on attend à Trois-Rivières prochainement.
Si l'on se fie aux statistiques, le premier-but Zach Mathieu semble être assis sur un siège éjectable. Le colosse de 6 pieds 7 pouces déçoit au bâton avec un seul coup de plus d'un but en 40 apparitions.
Les Aigles misent en ce moment sur sept recrues, alors que le minimum requis est de cinq. L'équipe compte également 12 lanceurs en incluant Rincon. Stanton devrait ainsi remercier un autre de ses joueurs dans les heures à venir ou, à tout de moins, en placer sur sa liste de joueurs inactifs.
Les Aigles confirmeront l'embauche de Julio Pablo Martinez mardi avant-midi, au Stade Stéréo Plus.
En soirée, les Capitales seront les visiteurs pour le début d'une courte série de deux matchs. Ce duel précédera celui, très attendu, face aux représentants de Cuba, dont l'équipe serait plus talentueuse que celle de la cuvée 2016.
Les matchs opposant les Aigles à Cuba auront lieu de jeudi à dimanche.