Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Carl Forand et ses masques adaptés pour les casques de hockey. Quand il a perdu son emploi il y a quelques mois, le jeune homme originaire de Shawinigan a commencé à coudre des masques. Aujourd’hui, son entreprise, Solidarity Sports Masks, est en pleine croissance.
Carl Forand et ses masques adaptés pour les casques de hockey. Quand il a perdu son emploi il y a quelques mois, le jeune homme originaire de Shawinigan a commencé à coudre des masques. Aujourd’hui, son entreprise, Solidarity Sports Masks, est en pleine croissance.

Un Trifluvien crée un masque adapté aux sports

Louis-Simon Gauthier
Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Article réservé aux abonnés
Trois-Rivières — Certains ont appris à faire du pain, d’autres ont aménagé un jardin dans la cour. Carl Forand, lui, s’est mis à coudre! L’entrepreneur de Trois-Rivières propose un masque de protection pour les gens qui bougent, en attendant le déconfinement des sports organisés.

En s’attachant à la grille, ce masque pensé par le jeune homme de 28 ans s’adapte à tous les types de casques pour la pratique du hockey, du dekhockey et de la ringuette.

«Tu n’as qu’à l’attacher. Il y a un jeu d’environ deux centimètres pour ne pas avoir le masque accoté sur le visage. Ça laisse circuler l’air tout en demeurant étanche», explique-t-il, masque et casque à la main. «J’ai reçu de bons commentaires jusqu’à maintenant. La prochaine étape, c’est de percer le marché ici, au Québec!»

Forand s’est allié au distributeur de matériels sportifs de Nicolet Blue Sports, en décembre 2020. «Ils ont des clients partout. Blue Sports a commencé à distribuer le produit en Saskatchewan, ensuite au Minnesota.»

Pas moins de 600 masques ont été vendus au cours de la première semaine, puis 750 lors de la seconde. Dans la troisième semaine, 4200 masques trouvaient preneurs!

Carl Forand a fondé une entreprise pour la vente de ses produits: Solidarity Sports Masks. Des couturières dédiées, pour reprendre ses mots, mettent la main à la pâte afin de répondre à la demande croissante. Il y a quelques jours, Forand interpellait le premier ministre du Québec François Legault sur les réseaux sociaux.

«Il y a 3 mois, c’est avec la vision de rendre les environnements sportifs sécuritaires que j’ai pris des mesures pour qu’un masque de protection de hockey voie le jour. Des couturières québécoises incroyables ont à cœur cette mission depuis le jour 1.»

«Les décisions que vous avez dû prendre pour le sport sont déchirantes, nous ne voulons pas protester contre vous dans l’enjeu de la relance du sport, bien au contraire, nous voulons faire partie de la solution avec vous pour protéger notre système de santé, nos écoles et permettre aux Québécois de pratiquer notre sport national de la façon la plus sécuritaire possible.»

Forand n’a pas reçu l’appel du cabinet du premier ministre, mais des centaines de personnes lui ont témoigné de leur reconnaissance. Il admet avoir été agréablement surpris par la réaction du public.

«Je n’ai même pas l’impression d’être un entrepreneur en ce moment, j’ai juste vraiment beaucoup de fun à le faire!»

Solidarity Sports Masks s’implantera bientôt dans certains commerces de la Mauricie. Rien n’annonçait un tel dénouement pour Forand, au début de l’aventure.

«J’ai acheté une machine à coudre au début de la pandémie, après avoir perdu mon emploi. Mes prototypes n’étaient pas réussis, les fils pendaient de partout! Une couturière de la région est venue m’aider, je lui en suis très reconnaissant.»

Hockey Supremacy, une entreprise de Candiac, l’appuie pour les ventes en ligne. Des écoles ont manifesté de l’intérêt pour son masque.

«Le but, c’est de favoriser un retour sécuritaire à la pratique du sport. Si on porte le masque à l’épicerie, pourquoi on ne le porterait pas sur les patinoires extérieures ou intérieures? Il y a une transition à avoir. On le fait pour aider les jeunes et tous les sportifs qui s’ennuient de pratiquer leur activité favorite.»