Louis-Simon Gauthier
Le Nouvelliste
Louis-Simon Gauthier
Carey Price aurait mérité un meilleur appui de ses coéquipiers lundi.
Carey Price aurait mérité un meilleur appui de ses coéquipiers lundi.

Un tir, une éternité...

COMMENTAIRE — On l’a souvent entendu lundi: le Canadien est à un tir de créer l’égalité. Pourquoi? Pour une seule raison: le brio de Carey Price. Paraît qu’il a un bon tir du poignet, en plus, quand il risque quelques montées vers le filet adverse durant les pratiques de l’équipe! Il aurait fallu qu’il répète l’exercice pour appuyer certains de ses coéquipiers à l’attaque, dans le deuxième match contre Pittsburgh. Une paire Price-Drouin aurait peut-être fouetté le numéro 92?

Après une période, Jesperi Kotkaniemi et Artturi Lehkonen monopolisaient la récolte des tirs du CH (7). Les deux Finlandais ont d’ailleurs sauvé la mise en fin de match en évitant l’affront d’un blanchissage. De loin les meilleurs de leur camp. Sinon, ç’a été bien tranquille.

Ceux qui misaient sur une sortie convaincante de Drouin, après sa contre-performance de samedi, sont restés sur leur appétit et pas à peu près!

Il faut dire que Sidney Crosby s’est assuré de placer le CH dans une position inconfortable, dès les premières minutes, en trompant la vigilance de Price. Un bon tir entre les jambières face à un gardien qui était jusque-là quasi imperturbable. C’est aussi ça, être le meilleur joueur au monde: choisir ses moments pour briller.

Le but de Crosby a ébranlé le Canadien, qui a prêché par indiscipline. On salue Joel Armia, coupable de trois infractions en territoire offensif! Phillip Danault avait aussi visité le cachot à trois reprises samedi, avec un dénouement différent.

Décidément, on n’apprend pas. Et contre les Penguins, la loi de la moyenne finira par rattraper le Canadien.

Michel Bergeron a avancé, pendant un entracte à TVA Sports, qu’Evgeni Malkin jouait du mauvais hockey depuis le début de la série. Je comprends ce qu’insinuait le Tigre, mais je ne partage pas son avis. En fait, Malkin a été volé plusieurs fois par Price, particulièrement pendant les avantages numériques. Il a aussi loupé des chances en or de faire scintiller la lumière rouge, alors qu’il avait le gardien à sa merci.

Tôt ou tard, le 71 finira par rugir. D’où l’importance de rester disciplinés. Donner une troisième occasion aux Penguins de se débrouiller avec deux hommes en plus pourrait s’avérer fatal au Canadien, mercredi.

Plus important encore, ça prendra de l’huile de bras à l’attaque. Price présente une fiche de 8-7 et un pourcentage d’arrêts supérieur à ,940 après une victoire en séries depuis 2014. Ça en dit long sur le manque de punch à l’attaque des gars devant lui. Peu importe la cuvée.

Pas surprenant, dans ces circonstances, de le voir rager après le deuxième but des Penguins, conséquence d’une gaffe de Brett Kulak en zone offensive en fin de troisième période. Pas plus étonnant de constater son impatience devant un Patric Hornqvist insistant dans son bureau.

Espérons que Price poursuive son travail mercredi. Et que d’autres le suivent dans ce bel élan estival.