L’analyste Dany Dubé participera au Sommet science et hockey cet été à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Un Sommet science et hockey à l’UQTR

Trois-Rivières — Après avoir participé ces dernières années à quelques activités du genre un peu partout au pays, Jean Lemoyne a décidé de lancer un Sommet science et hockey à l’UQTR.

Cette rencontre est programmée pour le vendredi 14 juin et l’ex-pilote des Patriotes Dany Dubé sera l’un des conférenciers invités. «Dany nous parlera du développement de l’individu à travers le sport. Il prendra le temps aussi de nous partager les nouvelles innovations de son application Hockey 360. Nous sommes très heureux qu’il ait accepté notre invitation», raconte Lemoyne.

En plus de Dubé, les entraîneurs des principales équipes de la région ont accepté d’animer un atelier sur l’utilité de la science dans leurs tâches quotidiennes. Daniel Renaud, des Cataractes de Shawinigan, Frédéric Lavoie, des Estacades midget AAA, et Marc-Étienne Hubert, des Patriotes de l’UQTR, vont dévoiler ce qui les allume dans ce rayon… et ce qu’ils laissent de côté. «Ce sera sous forme de discussions. On veut permettre aux gens de faire des ponts avec leur propre réalité, favoriser le dialogue», explique Lemoyne.

Ce Sommet s’adresse donc aux entraîneurs de hockey mineur de tous les niveaux, mais il peut aussi intéresser les passionnés de notre sport national. «Les entraîneurs, c’est notre premier marché. Je m’attends aussi à accueillir des kinésiologues et des préparateurs physiques. Mais dans le fond, c’est ouvert à tous. C’est une bonne façon d’en apprendre davantage sur les méthodes en vogue dans le hockey, et même ce qui nous attend au cours des prochaines années. Je pense que ça va provoquer beaucoup de discussions.»

En tout, une douzaine de présentations seront offertes au cours de la journée. Parmi les thèmes retenus, il y a la préparation physique, les statistiques avancées et la prévention du dopage. «Ces présentations seront d’une durée d’environ 15 minutes. Il y a une tournure scientifique à notre approche, mais ce sera quand même concret. On veut rejoindre la plus large clientèle possible. Et bonne nouvelle, Hockey Québec a accepté que notre journée soit comptabilisée dans la formation continue de ses entraîneurs.»

La tenue du Sommet a déjà été ébruitée depuis quelques jours, et Lemoyne se dit encouragé par la réponse du milieu. Il ne veut pas toutefois établir d’objectif en terme d’inscriptions. «C’est embêtant. La dernière fois que j’ai parti quelque chose comme ça, c’était la Série du Diable (course à pied) et ce fut pas mal plus populaire que prévu. Si on attire une soixantaine de personnes pour cette première édition, nous serons contents. Mais bon, on peut facilement accommoder 200 personnes si la demande est là! Les premiers indices dans le milieu sont très encourageants. Il y a de la place pour ce genre de rencontres au Québec.»

Le coût a été fixé à une centaine de dollars, et il comprend le dîner.