Christian Laurin occupe le deuxième rang au pays dans sa catégorie, le premier au Québec.

Un senior avec un cœur de junior!

Trois-Rivières — La communauté trifluvienne du tennis le considère comme le meilleur joueur en ville. Depuis 2015, Christian Laurin vise le sommet des scènes provinciale et canadienne. Il a bon espoir de parvenir à ses fins dans les mois à venir.

Au moment où Tennis 3R a ouvert ses portes en 2016, Laurin s’était déjà remis à l’entraînement plus sérieux de son sport. Auparavant, il se contentait d’une pratique récréative et malgré tout, son jeu était à point.

«Si tu veux connaître du succès au tennis, tu dois jouer pendant toute l’année», précise le principal intéressé, qui a découvert le circuit de l’Association des vétérans de tennis du Québec, une entité qui permet aux joueurs de se maintenir à niveau dans un cadre compétitif.

«Les autres joueurs ignoraient qui j’étais au départ. Mais ç’a changé depuis», sourit Laurin, choisi par Tennis Québec comme l’athlète s’étant le plus illustré dans les tournois provinciaux au sein de l’AVTQ.

En 2018, il a gagné trois tournois, en plus de rafler les grands honneurs des Championnats québécois vétérans extérieurs, autant en simple qu’en double. Il a aussi remporté les Championnats de l’Est du Canada.

En ce moment, la raquette de 54 ans, qui évolue dans la classe des 55-59 ans, occupe le deuxième rang au pays, le premier au Québec.

«C’est trippant! Si je regarde mon calendrier pour 2019, je risque d’avoir un horaire assez chargé. Je vais à Toronto en mars pour le Championnat de l’Est. Le calibre est toujours relevé.»

Puis, au mois d’août, il aura de nouveau l’honneur de représenter le Canada lors d’un match international regroupant les quatre meilleurs joueurs de 25 pays. Ce tournoi, qui s’inspire de la Coupe Davis, sera présenté à Lisbonne, au Portugal.

«J’ai vécu l’expérience de Miami en 2017. Quand tu joues dans une compétition mondiale de ce genre, tu travailles pour y retourner!»

Et Laurin bûche fort sur les courts de Tennis 3R. Sa plus grande fierté réside dans le fait qu’il continue à progresser, même s’il avance en âge. Non, il n’est pas un adversaire commode pour les jeunes talents...

«C’est drôle, parce que j’en connais quelques-uns et parfois, quand on échange sur le terrain, je réalise que je suis plus vieux que leur père! Mais ça me garde en forme.»

Son service demeure son arme de prédilection. Comme Milos Raonic. Il n’a peut-être pas la puissance de ce dernier, mais sur le circuit des vétérans, ça lui permet de gagner plus de points qu’il n’en perd.

«Avec l’épaule, à mon âge, il faut cependant être prudent. J’adore mettre de la pression sur mon adversaire et contrôler les points. Je suis tout en attaque.»

Son principal défi reste de jouer ce style avec plus de constance, mais sur terre battue, où le jeu est plus lent. C’est pourquoi, l’été, il retourne pratiquer sur les courts du parc Martin-Bergeron.

Le titre national dans la mire

Christian Laurin estime qu’il a ce qu’il faut pour devenir le futur champion canadien de sa catégorie. C’est du moins l’objectif de 2019 pour le directeur des systèmes d’information au sein de l’entreprise Duchesne & Fils de Yamachiche.

Son partenaire de jeu, l’entraîneur Charles Loranger, croit qu’il en est capable. «C’est un gars qui a un rêve, comme tous les joueurs d’âge junior. En plus, il est assez complet, il a tous les coups en fait. À plus petite échelle, il me fait penser au Suédois Stefan Edberg», mentionne Loranger, en parlant de l’ancien numéro un mondial du tennis, l’une des têtes d’affiche du sport dans les années 80 et 90.

«Christian, il n’a jamais raté un rendez-vous de tennis à Trois-Rivières. Il est très engagé. C’est un bon modèle pour nos plus jeunes.»

Coupe 3R

Tennis 3R verra son lot d’action en mars. Ce week-end, le centre sera le théâtre d’un tournoi provincial des moins de 18 ans. Mathias Roy (1er), Isaac Danis (2e) et Sacha Héroux (4e), tous des joueurs locaux, figurent parmi les têtes de série.

La fin de semaine du 16 mars, quelques-uns des meilleurs joueurs du Québec chez les moins de 14 ans fouleront les terrains, avant de laisser la place, une semaine plus tard, aux joueurs en double du côté des juniors. Une centaine de joueurs défileront ainsi au centre pendant ces trois compétitions.