Mikaël Zewski souhaite poursuivre sa carrière au Québec, après avoir fait ses classes aux États-Unis.

Un retour dans le ring pour Zewski

L'attente est enfin terminée pour Mikaël Zewski (27-1, 21 K.-O.). Le boxeur forcé à l'inactivité depuis un an et demi effectuera un retour dans le ring le 3 juin au Centre Bell de Montréal.
Depuis quelques mois, les discussions se poursuivent entre le pugiliste de 28 ans et le Groupe Yvon Michel afin de sceller une entente à long terme, ce qu'espère Zewski après avoir quitté l'écurie Top Rank en octobre dernier. Ces pourparlers n'ont pas encore débouché, bien qu'une entente semble presque assurée dans les prochaines semaines. Mais pour le Trifluvien, il était important de sauter dans le ring le plus rapidement possible. Voilà pourquoi les deux parties ont décidé de s'entendre à court terme pour ce combat qui aura lieu en sous-carte de l'affrontement revanche entre Adonis Stevenson et Andrzej Fonfara.
«Lors de ma dernière rencontre avec Yvon Michel, à la fin du mois de mars, il m'avait dit qu'on allait réussir à s'entendre à long terme, qu'il fallait finaliser certains détails et que je devais être prêt pour le 3 juin. Je pensais que ce serait fait, mais ça traîne un peu. Ce n'est pas grave. L'important, c'est de remonter dans le ring rapidement», souligne Zewski.
En santé
Ce dernier a dû se soumettre à un entraînement léger pendant sa convalescence d'une durée d'un an, puisqu'il était ennuyé par une tendinite au coude gauche. Seul le temps pouvait guérir cette blessure, mais il s'estime aujourd'hui parfaitement rétabli et prêt à reprendre là où il avait laissé.
«Ça ne me stress pas, je vais être prêt. Je me sens meilleur et avec plus d'outils qu'il y a un an et demi. Mais c'est sûr qu'il va y avoir un peu de rouille. Pourtant, je n'ai pas l'impression d'être rouillé, mais historiquement, ceux qui ont pris des pauses, ça paraissait lors de leur retour.»
Le Québec plutôt que les États-Unis
Le pugiliste qui oeuvre chez les mi-moyens ronge son frein depuis plus de 18 mois. Une fois cette blessure reléguée au passé, Zewski s'est retrouvé sans promoteur, puisqu'il a décidé de quitter Top Rank après avoir senti qu'il n'avait pas l'appui qu'on lui avait promis. Lui et son gérant Cameron Dunkin se sont alors tournés vers le Québec, et GYM semble être sa prochaine destination.
«J'ai eu des discussions et des offres pour disputer de petits combats aux États-Unis. Mais ce n'était pas logique de faire mon retour aux États-Unis alors que je veux que ma carrière se continue au Québec. Oui, ça aurait pu être positif pour moi de combattre plus rapidement, mais je n'y voyais pas l'intérêt.»
Entraînement intensif
Conscient qu'il allait enfiler les gants le 3 juin, Zewski est à l'entraînement intensif depuis trois semaines en vue de cette soirée. L'identité de son adversaire n'est pas encore connue. Toutefois, pour le Trifluvien, il n'est pas question de disputer plusieurs combats de remise en forme dans les prochains mois. Zewski veut une ceinture, et rapidement. 
Un titre mineur pour commencer, comme celui dont il était propriétaire il y a deux ans avant de croiser le fer avec Konstantin Ponomarev, sa seule défaite en carrière. 
«Pour mon combat de retour, ce ne sera pas un champion du monde. Ce sera un combat de huit rounds pour enlever la rouille. Après ça, si possible, et Yvon Michel le sait, je veux me battre pour une ceinture mineure pour entrer dans le top-15 mondial immédiatement.»
«À l'endroit où je suis rendu dans ma carrière, tout le travail pour monter et prendre de l'expérience, c'est fait. Ma carrière a tout le temps avancé petit peu par petit peu, mais je suis prêt pour de gros combats et à prendre les risques qu'il faut. On va faire ça au Québec et les gens vont embarquer. Ça va être le fun!