Les joueurs des Estacades de Trois-Rivières sont à une victoire d’égaler le record du plus grand nombre de gains consécutifs en séries éliminatoires.

Un record à la portée des Estacades

TROIS-RIVIÈRES — Invincibles depuis le début des séries de la Coupe Jimmy-Ferrari, les Estacades de Trois-Rivières auront l’occasion d’inscrire leur nom dans le livre des records de la Ligue de hockey midget AAA du Québec, vendredi soir au Complexe sportif Alphonse-Desjardins, en inscrivant une neuvième victoire consécutive.

En 41 ans d’histoire, seulement quatre formations ont réussi à aligner neuf gains, soit Gatineau (1994), le Collège Antoine-Girouard (2003), Lévis (2005) et le Séminaire Saint-François (2007). En remportant le troisième duel de leur série demi-finale face aux Vikings de Saint-Eustache, les protégés de l’entraîneur Frédéric Lavoie, se joindraient ainsi à ce quatuor sélect.

Dans le vestiaire trifluvien, on semblait bien loin de se douter d’être si près d’égaler une telle marque. «On ne savait pas ça! C’est certain que ça représenterait un bel exploit d’inscrire le nom des Estacades dans le livre des records. Mais en même temps, on ne veut pas se concentrer là-dessus et s’ajouter un stress. Chaque match est un nouveau match. On ne regarde jamais derrière», souligne le capitaine Vincent Sévigny.

Au fil des ans, une seule équipe a réussi un parcours éliminatoire parfait dans le réseau midget AAA. Au printemps 1978, dans un format complètement différent, les Lions du Lac-Saint-Louis avaient raflé les honneurs des séries en remportant sept matchs de suite. Aujourd’hui, il faut 14 victoires pour soulever la Coupe Jimmy-Ferrari.

Pour l’entraîneur de l’équipe de l’heure dans le circuit Baillairgé, qui se retrouve à six victoires d’un premier championnat, pas question de faire une obsession avec le livre des records. «C’est toujours plaisant d’avoir du succès, comme équipe. Mais on se préoccupe bien plus de gagner le prochain match que de s’inscrire dans le livre des records, note Lavoie. L’important, c’est de conserver le même état d’esprit pour chaque match, peu importe le résultat.»

Néanmoins, le pilote des Trifluviens admet que cette séquence victorieuse met bien en lumière l’effort collectif déployé par les Estacades depuis le début des séries. «Avant les séries, on avait insisté sur le fait que ça prenait la contribution de tout le monde pour se rendre loin en séries. Il n’y jamais personne qui a gagné dans cette ligue avec seulement un ou deux joueurs. On savait qu’on avait des gars de caractère dans notre équipe et plusieurs se sont levés depuis le début des séries.»

Grimard rejoint Michaud
Sur le plan individuel, William Grimard demeure une pièce maîtresse de l’équation. Présentement sur un pied d’égalité avec Sylvain Michaud (2002) avec huit victoires lors d’une même année éliminatoire, le portier des Estacades aura l’occasion de s’offrir une marque de concession avec un triomphe supplémentaire.

Depuis le début des séries, Grimard peut d’ailleurs compter sur un appui offensif plus soutenu quepar le passé grâce à l’apport d’à peu près tout le monde. À vrai dire, tous les joueurs des Estacades ont récolté au moins un point depuis le début du tournoi de fin de saison.

«On savait qu’offensivement, on avait un petit quelque chose de plus que par les années passées. Mais il faut garder en tête que moins tu donnes de buts, plus tu as de marge de manoeuvre pour gagner. La base, ça demeure d’accorder le moins de chances possible à l’adversaire», explique Lavoie, qui devra se passer des services de l’attaquant Justin Desjardins, blessé.

L’affrontement entre les Estacades et les Vikings est prévu à 19h au CSAD.